Accueil | Bibliothque | contactez nous

 

Main Menu

Latest Books

1--Les Fausses Croyances de Mirza Ghulam A. Qadiani
Transmis par webmaster le 04 July 2009 à 02:44:33 AST (3304 lectures)
(Suite... | 72616 octets de plus | Score: 3)
francais

Mouvement Anti-Ahmadiyya en Islam

1--Les Fausses Croyances de Mirza Ghulam A. Qadiani

Par

Lal Hussein Akhter

(Traduit par Dr Syed Rashid Ali)

La croyance en Islam et celle à laquelle de Mirza Sahib Qadiani croit, sont

diamétralement opposés. Pour soutenir ses croyances concoctées, Mirza avait

inventé des INSPIRATIONS sans aucun rapport avec l’Islam, contraires à la

Shariah pour satisfaire ses désirs et les frictions. Se basant sur ses principes

contraires au Qur’an et aux Hadith, Mirza Sahib prétendit au mushaddithiyat,

au mujaddidiyat, au mahdiwiyat, au Maseehiyat Muhammadiyat, au

krishnaiyat, au Jai Singh, au Williyat, au Burooziyat et enfin à la prophétie. Il

ne s’était pas arrêté là. Lorsqu’il ne pouvait pas se retenir, il chantait à tout

celui qui voulait l’entendre qu’il était le FILS DE DIEU. Plus tard, il s’était

autoproclamé Dieu. Dans cet état, il prétendit avoir créé les nouveaux cieux, la

terre et l’homme. Il poussa plus loin jusqu’à qualifier son fils de Dieu en ces

termes :

« Mon fils, qui naîtra, sera très connu et plaisant. Il sera la manifestation du

Premier et du Dernier et une expression de la vérité (Haq) et de la Suprématie

comme si Dieu descendait des Cieux.» (AlBushra vol 2. p 21-24).

C’est suite à de telles fausses croyances que les Musulmans promulguèrent un

édit de Kufr contre Mirza. Aujourd’hui, je ne m’attarderai pas sur ses écrits

mais, plutôt, je vous présenterai les prétentions et les dires de Mirza tirées de

propres ouvrages.

1. A son sujet, Mirza Sahib disait:

« Je suis Muhaddith » (Hamamatul Bushra, p.79, Roohani Khazain vol 7 p.

298).

2. Il prétendit être le Mujaddid (le Rénovateur) en disant :

« J’ai reçu les nouvelles de l’Invisible que je suis cet homme qui est le

Mujaddid de cette religion et de ses leaders (Durre-Sameen Persian, P. 122).

3. Il annonça son Muhdiwiyat :

« Je suis le Mahdi » (Miyar-ul-Akhyar p. 11)

4. Il se considéra être celui qui est cité dans le verset du Qur’an :

« Mubashirum bi Rassulin ya’atimin ba’adi Ismuhu Ahmad » et écrivait :

« Et cette personne qui va venir, son nom est Ahmad. Il est aussi indiqué qu’il

est un Maseel parce que Muhammad est un nom jalali et Ahmad, un nom

jamali. Ahmad et Issa signifient la même chose en jamali. C’est une insinuation

de la même chose comme dans « Mubasshirum bi Rasuulin ya’atimin ba’adi

Ismuhu Ahmad. » Mais notre Prophète SAAW n’est pas uniquement Ahmad,

mais aussi bien Muhammad. Un lien existe entre Muhammad et Ahmad. Dans

les derniers jours selon la prophétie, seul Ahmad conservera en lui la réalité

de Jésus qui sera envoyé. » (Izala Auham p. 673, Roohani Khazain vol 3.p.

463).

Bien que Mirza Sahib ait mentionné dans cette citation que le Saint Prophète

n’est pas uniquement Ahmad mais aussi Muhammad, il y a un lien entre Jalal

et Jamal. Le but principal d’expliquer ceci est que s’il aurait dit au début que

Huzoor n’était pas Ahmad, les masses musulmanes ne l’auraient pas cru.

Mais, après analyse on arrive à la conclusion selon laquelle Mirza Sahib

s’abjura être celui cité dans le verset spécifiant que la prophétie sur Hazrat Issa

(AS) dans la sourate Saff du Qur’an ne concerne pas Syedna wa Maulana

Muhammad mais lui !

5. Dans son livre Tiryaq-ul-Quloob, Mirza Sahib écrit :

« Je suis Maseeh-e-Zamaan (Jésus), je suis le Kaleem-e-Khuda (Moise), je suis

Muhammad, je suis Ahmad Mujtaba » (Tiryaq-ul-Quloob p. 3 Roohani Khazain

vol 15 p. 134)

6. En une autre place, il l’explique plus :

« Dieu m’a désigné comme la manifestation de tous les ¨Prophètes en

m’attribuant les noms de tous les Prophètes. Je suis Adam, Seth, Noé,

Abraham, Isaac, Ismaël, Jacob, Joseph, Moise, David, Jésus et enfin la

manifestation parfaite du nom du Saint Prophète sous forme de zill ; je suis

Muhammad et Ahmad (Notes en bas de page, Haqeeqat-ul-wahi p 72, Roohani

Khazain vol 22 p. 76).

7. Un peu plus loin dans le même livre, il poursuit :

« Aucun Prophète n’est venu au monde dont le nom ne m’a pas été attribué.

C’est ainsi que Dieu mentionne dans Braheen-e-Ahmadiyya que je suis Adam, j

Noé, Abraham, Isaac, Ismaël, Jacob, Joseph, Moise, David, Jésus fils de

Marie. Je suis Muhammad sous forme de burooz. Dieu m’attribue tous ces

noms et a dit de moi « Jarii Allah fii Hill Al Anbiya » qui signifie un Prophète

dans la chaîne des prophètes. Il était donc nécessaire que la magnificence de

chaque Prophétie soit présente en moi tandis que l’attribut de chaque Prophète

a été révélé à travers moi » (Tatumma Haqeeqatul Wahi p.84, 85 Roohani

Khazain vol 22 p. 521).

8. Pour plus de gloire à son Mujaddidiyat Mahdiwiyat, il écrit :

« Je suis tantôt Adam, Moise ou Jacob. Toutefois, je suis Abraham dont les

générations sont nombreuses » (Braheen-e-Ahmadiyya, 5è partie, Durre-

Sameen p 100, Roohani vol 21 p 133).

Chers lecteurs ! De ces citations, il est clair comme la lumière du jour que

Mirza Sahib s’était audacieusement approprié les noms de tous les Prophètes

en prétenda nt que la gloire de chaque prophète était en lui. Par opposition à

d’autres prophètes, il déclara que les dons dont les Prophètes étaient doués

individuellement se retrouvaient en lui.

9. Mirza Sahib annonça impudemment : « Je suis Adam et en plus Ahmad-e-

Mukhtar. Je suis dans les costumes de tous les pieux. Les gobelets (de gnose)

donnés à d’autres prophètes ont été rassemblés pour moi. » (Durre-Sameen,

Persian, p 163).

O Ahmadis Lahori ! Pour l’Amour de Dieu, répondez avec un sens de justice, le

sens de ce poème dans lequel Mirza Sahib se décrivait être la collection de

toutes les vertus de tous les Prophètes. Ne s’était–il pas considéré supérieur à

d’autres?

10. La même chose se répète dans le poème suivant :

« Bien que beaucoup de prophètes soient venus au monde, en gnose je ne suis

pas inférieur à aucun d’eux. » (Durre Sameen, Persian p. 163).

11. « Etonnamment, Mirza Sahib n’a pas seulement prétendu que sa prophétie

était la somme des vertus de tous les prophètes passés. Il est allé plus loin en

informant le monde qu’il est le sac contenant tous les Prophètes ! Ainsi, il

écrivit :

« Tous les Prophètes sont revenus en vie avec ma venue

Chaque Prophète se trouve dans mon habit » (Durre Sameen, Persian p. 163).

(Ma’az Allah min haazal hafwaat. Puisse Alllah me protéger d’un tel

blasphème).

12. En un autre endroit, il se venta en ces mots :

« Durant cette ère, Dieu a voulu que les vertus de tous ces Honorables

Prophètes véridiques qui sont passés, apparaissent dans la personne d’un seul

homme en l’occurrence moi. » (Braheen-e-Ahmadiyya, 5è partie p 90, Roohani

Khazain vol 21 pp 117-178).

O Mirzais Lahori ! Dites-moi lorsque Mirza Sahib s’étiquette comme le mélange

des vertus de tous les Honorables Prophètes véridiques ; qu’avait-il laissé pour

prétendre à une supériorité absolue sur tous les autres ? Avant que vous

répondiez, gardez à l’esprit qui est devant vous.

13. Mirza Sahib déclara que :

« Le jardin d’Adam était incomplet, avec ma venue, il est complet avec toutes

les fleurs et tous les fruits. » (Durre Sameen, Urdu p. 112)

Chers lecteurs ! Voyez comment impudemment Mirza Sahib annonce que le

Jardin de la Culture, de la Piété, de la Civilisation et de la société humaine où

Hazrat Adam (AS) a vécu en premier lieu, était incomplet et qu’avec sa venue, il

est rempli des fruits et des fleurs. En d’autres mots, avec sa venue le travail de

la création du monde s’est accomplie. Par contre s’il ne serait pas venu, le

monde serait incomplet. L’Univers n’existerait pas, tout comme la lune ainsi

que d’autres planètes. De même la race humaine n’existerait pas. Et d’autres

prophètes ne seraient pas venus. Le Qur’an n’aurait pas également été révélé.

14. Toute particule dans cet univers a été créée grâce à Mirza Sahib comme il

le prétendit dans la révélation suivante :

« Law laa ka, lamaa khalaqtul aflaak. (O Mirza!) N’eut été en votre faveur, Je

n’aurais pas créé les Cieux. » (AlBushra vol 2 p. 112)

15. Sa révélation disait encore :

« Kullu lak wa li amrik-chaque chose vous appartient et est sous votre

commandement. » AlBushra vol 2, p 127).

16. Il déclarait aussi

« Dieu m’a fait Adam en m’accordant tout ce qu’Il avait donné à Adam, le père

des humains. Et il m’a aussi fait le Burooz (prototype) de Khatam-un-Nabiyeen

et Syed-ul-Mursaliin » (Khutba-e-Ilhamiyah p 167, Roohani Khazain vol 16 p

254).

17. Il expliquait encore : « et depuis la deuxième venue du Saint Prophète

Muhammad, selon le verset « Wa aakhariina minhum (Q62 : 3), elle n’était

possible que sous forme de prototype. Donc, la spiritualité du saint Prophète a

choisi une telle personne qui ressemblerait en conduite, en habitude, au

courage et à la compassion envers les créatures enfin de m’ accorder

allégoriquement les noms de Ahmad et de Muhammad. Si bien qu’il doit être

compris que sa venue (celle de Mirza) était exactement celle du Saint Prophète.

(Tohfa-e-Golrawiya p 101, Roohani Khazain vol 17 p. 263).

18. « Dieu a fait descendre en moi les dons de ce Prophète (Muhammad) et les a

complétés en les rendant parfaits. Il m’accorda en outre son Existence et Sa

Grâce jusqu’à ce que mon existence devienne sienne. Donc, tout celui qui

adhère à ma Jamaat (c’est-à-dire la Jamaat Ahmadiyya), fait partie des

compagnons de mon Maître, le leader de tous les Messagers. Tel est le sens du

verset « Wa aakhariina minhum » (Qur’an 62 : 3) » (Khutba-e-Ilhamiah p.171,

Roohani Khazain vol 16 p. 258).

19. Il avait aussi eu cette inspiration : « Muhammad Mufleh » et donna

l’explication suivante :

« Hazrat Maseeh Mowood a dit que cette nuit un nom de plus m’a été donné. Il

n’a jamais été entendu. Je me suis endormi un peu et j’ai eu cette inspiration »

(AlBushra, vol 2 p. 99).

Ces citations prouvent clairement que Mirza Sahib prétendait que le nom révélé

était celui de « Muhammad Mufleh » ressemblant au Saint Prophète en

conduite, en bonnes moeurs, au courage et en compassion envers les

créatures. Sa venue était exactement celle de Hazrat Muhammad. Celui qui

adhère à sa jamaat Mirzaiyah devient un Sahaba c’est-à-dire un compagnon du

Saint Prophète !!

O Lahori Mirzais ! Croyez-vous en ces choses ?

20. Mirza Sahib déclarait : « Je suis le même Mahdi à propos de qui Ibn Sireen

était demandé s’il était du niveau de Abu Bakr. Il répliquait en disant laisser à

côté Abu Bakr, il est meilleur que certains prophètes. » (Miyar-ul-Akhyar p 11).

21. Mirza Sahib avait eu cette inspiration :

« Ne méprisez pas le statut de Mirza. Les Prophètes tirent leur fierté et leur

réjouissance de son époque » (Poésie d’inspiration, Al Bushra vol 2 p 109).

22. Après la naissance de son fils et l’actuel successeur à Qadian, Mirza

Mahmud, l’inspiration suivante est descendue à Mirza :

« O la fierté des Prophètes ! Votre proximité nous a été révélée. Vous arrivez

tard après que nous ayons parcouru une longue distance. » (Tiryaq-ul-Quloob.

p 42, Roohani Khazain vol 15 p. 219).

O les membres de la Jamaati Lahori. Répondez rapidement en deux mots :

L’actuel Gaddi Nasheen de Qadian, le nommé Mirza Mahmud Ahmad est-il le

« Fakr-e-Rusul » - La fierté des Prophètes ? Qui sont ces Prophètes qui tiraient

leur fierté de l’époque de Mirza Sahib ? Selon votre foi, Mirza Sahib est-il

supérieur à quel prophète ?

23. Mirza Sahib écrivit : « Arrêtez de citer (Issa) le fils de Marie Ghulam Ahmad

est meilleur que lui. » (Dafe-al-bala p.20, Roohani Khazain vol 18 p. 240).

24. En une autre place, il écrivit :

« O les missionnaires Chrétiens ! Ne dites pas Rabbunal Masseeh-Notre

Seigneur est Maseeh. Voyez aujourd’hui, quelqu’un parmi vous est plus grand

que Maseeh. » (Dafa Al Bala p. 13, Roohani khazain vol 18 p 233).

25. Il exprimait sa croyance dans Izala Auham dans la poésie suivante :

« Je suis celui qui est venu conformément à la bonne nouvelle. Où est Issa

pour qu’il dépose son pied sur ma chaire. » (Izala-e-Auham p.158, Roohani

Khazain vol 3 p 180).

26. Il expliqua cette croyance :

« Dieu a envoyé le Messie Promis pour cette Ummah qui est plus grand dans sa

gloire que le précédent. » (Haqeeqat-ul-Wahi p.148, Roohani Khazain vol. 22 p

.152)

27. Dans le même livre, il poursuit :

« Je jure sur qui mon existence est entre ses mains que si Maseeh Ibn Maryam

était en vie, la tâche que j’accomplisse, il n’en aurait pas été capable. Et les

signes que je démontre, il n’aurait pas été capable de les accomplir » (Haqeeqatul-

Wahi p 45, Roohani khazain vol. 22 p .47).

28. Il poursuit encore :

« Maseeh Muhammad est supérieur au Maseeh Musavi. » (Kishtee Nooh p. 16).

29. Dans le même livre, on trouve :

« Maseeh Musa est le plus grand que Ibn Maryam. » (Kishtee Nooh p 13).

30. Sans emportement, Mirza Sahib écrivit encore:

« Ainsi, depuis que Dieu, son Prophète (SAW) et tous les autres Prophètes ont

déclaré les derniers jours, Messiah supérieur suite à ses actes. Alors, il est

satanique de dire pourquoi je me déclare supérieur au Maseeh Ibn Maryam. »

(Haqeeqat-ul-Wahi p 155, Roohani khazain vol. 22 p .159).

Les 8 citations ci-dessus prouvent clairement que Mirza Sahib s’est déclaré

supérieur non partiellement mais totalement et meilleur que Hazrat Issa Ibn

Maryam AS .

ET UN NON PROPHETE NE PEUT PAS AVOIR UNE SUPERIORITE SUR UN

PROPHETE.

O Ahmadis Lahori ! Laissez de côté vos explications fantaisistes et en toute

honnêteté qu’en dites-vous ? Mirza Sahib s’est déclaré ouvertement être

supérieur à Hazrat Issa AS et au même moment, il vous conseille d’ « arrêter

de mentionner « Issa Ibn Maryam.» et de cesser de parler de lui. Mais, le

problème pour vous est qu’il est mentionné dans le Saint Qur’an à plusieurs

reprises. Dites-moi honnêtement si vous avez rejeté cette déclaration de votre

« Hazrat Mirza Sahib » ou ne récitez- vous plus ces versets du Qur’an dans

lesquels il est cité ? Réfléchissez attentivement avant de répondre. Et oui, vous

êtes prêts. Alors, dites-nous quels sont les signes exhibés par votre Mujaddid et

Guru dont Hazrat Issa AS en était incapable. Essayez de les décrire en détails.

S’il vous plaît ne mentionner pas les prophéties de votre Krishan Ji Maharaj

parce que Maulana Sanaullah Amratsari a exposé la fausseté de telles

prophèties dans son livre, « Ilhaamamt-e-Mirza. »

31. Mirza écrivit avec grande fierté :

« O la nation Shia ! N’insistez pas sur le fait que (Syedna Imam) Hussein est

votre sauveur. Je vous dis sincèrement qu’aujourd’hui il y en a un parmi vous

qui est plus grand que Hussein. » (Dafe al Bala p.13, Roohani Khazain vol 18 p

233).

2--Les Fausses Croyances de Mirza Ghulam A. Qadiani
Transmis par webmaster le 04 July 2009 à 02:37:07 AST (1659 lectures)
(Suite... | 54934 octets de plus | Score: 1)
francais

 

 

 2--Les Fausses Croyances de Mirza Ghulam A. Qadiani

 41. « Daiyan ila Allahi » et « Sirajum Munii. » Ces deux noms et ces deux titres

ont été donnés en particulier au Saint Prophète SAAW dans le Saint Qur’an et

de même ces deux titres m’ont été attribués au cours d’une inspiration. »

(Arba’een n°2 p 5, Roohani Khazain vol 17 p. 350).

42. « En cette place le mot « Soor » indique le Messie Promis. » (Chashama-e-

Maaarifat p 76, Roohani Khazian vol 23 p. 85).

43. « Je suis Krishna pour les Hindous. » (Conférence de Sialkot, p 33).

44. « Hay Krishan Ji Roodur Gopal » (AlBushra vol 1. p. 56).

45. “Il n’est pas digne de combattre le Brahmin Autar (càd Mirza Sahib). »

(AlBushra vol 2 p. 116).

46. Rois des Aryens » (AlBushra vol.1 p. 56).

47. « Amin ul Mulk Tai Singh Bahadur » (AlBushra vol 2 p. 118).

48. « Ma position se trouve sur ce minaret où toutes les apogées s’arrêtent. »

(Khutba-e-Ilhamiyah. p. 35).

49. « Plusieurs trônes sont descendus des Cieux mais le vôtre est venu du plus

haut point. » (Al Bushra vol 1 p. 56).

50. « Dieu m’a donné cette chose que personne d’autre n’a eu. » (Haqeeqat-ul-

Wahi p. 107, Roohani khazain vol 22 p. 110).

Chers lecteurs ! Dans ces étranges inspirations, les prétentions et les noms

sont attribués à Mirza Sahib. Nous sommes embarrassés de comprendre

comment à une seule personne ont-il été assigné autant des responsabilités ?

Y-a-t-il un Mirzai pouvant nous aider à comprendre les énigmes de son

Leader ? Mirza Sahib l’a répété plusieurs fois et les Mirzais continuent de jouer

la même musique que dans le Hadith deux appellations sont mentionnées pour

le Maseeh Nasiri et le Messiah Promis. Donc, Messiah et Nasiri ne conviennent

pas selon les deux descriptions. Mais, ils ne pensent jamais que les noms de

Muhammad, Ahmad Issa, Mussa, Ibrahim, Krishan, Brahmin Autaar, Jai

Singh Bahadur etc… ensemble pour Mirza Sahib ? ? ?

51. Mirza Sahib expliqua son inspiration :

« Yahmaduk Allah min Arshehee, YahmadukAllah wa Yamshee ilaik-Dieu vous

loue et vient vers vous. » (Anjam-e-Atham p. 55, Roohani Khazain vol 11 p 55).

Mirza Sahib n’avait pas mentionné si Dieu l’avait touché ou non !!!

52. Mirza Sahib affirma que Dieu s’était adressé à lui en ces mots :

« Antaa Ismee al’Aalaa-(O Mirza) vous êtes mon plus grand (nom) attribut. »

(AlBushra vol 2 p 116).

Oh ! Mes Krishan Qadian Ji ! Vous avez été aveuglés. Avant de publier cette

inspiration vous n’avez pas réfléchi un moment que les Chrétiens et les Aryens

Samaji diraient qu’avant la naissance de Mirza Sahib, les Musulmans ne

connaissaient pas le plus grand attribut (nom) d’Allah. Et que le Qur’an et les

Hadiths étaient dépourvus de la description de ce grand attribut. Cette

nouvelle et unique révélation de Mirza cherche à prouver que le grand attribut

(nom) de Dieu est GHULAM AHMAD !!!

53. Une autre inspiration de Mirza dit :

« Anta Madinatul ilm- Vous êtes la cité de la connaissance. » (AlBushra vol 2 p

61).

Notre Maître, le Saint Prophète Muhammad a dit : Ana Madinat-ul-Ilm wa Ali

Boaboha-Je suis la cité de la connaissance et Ali est la porte d’entrée. Mais ce

Krishan Qadiani dit qu’il est la cité de la connaissance ! O Mirzais ! Vraiment,

trouvez-vous que ce Hadith est authentique ou simplement l’inspiration de

votre Krishan l’est-elle vraiment?

54. Mirza Sahib déclara :

« Inni hami ur Rehman-Je suis la clôture de Dieu » (AlBushra vol 2 p 89).

Chers lecteurs, Mirza prétendit qu’il était la clôture de Dieu, à l’instar de celle

que les fermiers mettent autour de leurs champs dans le but de protéger la

terre. Il semble que l’INSPIRATEUR est aussi faible et poltron comme Mirza

Sahib. Cependant, notre Dieu Rahman et Rahim est Omnipotent.

55. Mirza Sahib avait eu encore cette inspiration

« Je viendrai subitement vers vous avec des possessions ; je commettrai des

fautes et ferai de bons actes. » (AlBushra vol 2 p 79).

O frères Ahmadis ! Le « Dieu » qui envoyait l’inspiration à votre Leader déclare

qu’il commettra des fautes. Allah le Tout Puissant, Wahid et Quddus commet-il

des fautes ?

Cette inspiration prouve que Mirza Sahib était piégé d’autant plus que toute sa

vie n’était faite que des erreurs. C’est ainsi qu’il s’était retrouvé piégé dans le

filet de « Ijtihaadi Ghalti », celui-là même qui lui envoyait les inspirations, le

même qui ne pouvait pas le mettre hors de cette confusion et d’oubli. C’est

pour cette raison qu’il avait gardé Mirza Sahib piégé dans cette affaire

embrouillée toute sa vie.

56. Une autre inspiration de Mirza :

« Je prie, je jeûne, je me réveille et je m’endors (AlBushra vol 2 p 79).

Le Qur’an-e-Kareem dit à propos d’Allah la Takhuzuhu Sinatun wa laa nawm-

Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. Mais le Dieu de Mirza affirme qu’il

veille et qu’il dort aussi. Aux Mirzais d’annoncer au monde s’ils considèrent ce

concept valide. Mes anciens amis ! Je ne vous demanderai pas de nous fournir

des explications, vous avez à nous dire plutôt ce qui est correct entre les deux.

Et c’est très simple !

57. Mirza Sahib avait écrit dans son valeureux livre, Haqeeqat-ul-Wahi.

« Une fois, J’ai allégoriquement vu Dieu pendant que j’écrivais plusieurs

prophéties de ma propre main. La signification était que de tels incidents se

produisaient régulièrement. Alors, j’ai présenté ce papier sans hésitation à Dieu

pour sa signature. Dieu l’avait signé avec une plume et lorsqu’Il signait, il

secouait la plume comme on le fait pour enlever l’encre excessive et il

continuait à signer. Je criais de joie et en pensant aux bénédictions et à la

bonté que Dieu allait me combler. Tout ce que je voulais, Dieu m’accordait

sans hésitation et je me suis réveillé à cet instant. En ce moment, Mian

Abdullah Sanwari tenait mes jambes dans la chambre de la mosquée lorsque

les gouttes d’encre tombèrent sur ma chemise et le tapis.

Chose étrange, le temps au cours duquel les gouttes tombaient sur ma chemise

et celui de secouer la plume était concomitant. Un illettré ne comprendrait pas

et douterait parce qu’il qualifierait l’événement d’un rêve. Mais, ceux qui

connaissent les questions spirituelles, ne douteraient pas. Parce que Dieu est

capable de ramener en vie un mort. En bref, j’ai relaté tout l’incident à Mian

Abdullah Sanwari, les larmes aux yeux. Il était témoin de ce rêve, et était

affecté profondément. Il avait gardé ma chemise comme une bénédiction pour

lui, jusqu’à ce jour. » (Haqeeqat-ul-Wahi p 255, Roohani Khazain vol. 22 p

.267).

O Mirza ! Le Qur’an-e-Majeed dit : « Laisaa ka Mislehee Shaiyun- Aucune chose

ne ressemble à Allah car Il est au-dessus de toute similitude. Mais, contre cette

injonction coranique, Mirza Sahib avait écrit qu’il avait vu allégoriquement

Dieu. Tout en gardant en esprit la crainte de l’Eternel, dites-nous comment

peut-il voir une ressemblance à Celui qui est au-dessus de toute similitude ?

L’infini peut-il être confiné dans le fini ? En répondant, évitez des explications

tronquées. Si vous pouvez citer les versets du Qur’an prouvant que la

similitude d’Allah est possible.

Une autre question surgit de ce Kashf de Mirza Sahib. Lorsqu’il présentait ses

papiers à Dieu pour signature et qu’Il les ait signés avec une plume, l’encre

était réelle et physique car elle avait laissé les traces sur la chemise et sur le

tapis. S’il en est ainsi ses papiers devraient aussi être physiquement réels.

Donc, les Mirzais devraient nous dire où sont ces papiers et dans quelle langue

Dieu les avait trouvés. En plus, nous avons le droit de savoir le contenu de ces

prophéties. Et après avoir été sanctionnées par Dieu, se sont-elles accomplies ?

Nous voudrions aussi savoir si l’encre excessive sur le bec de la plume est

arrivée avec l’intention de Dieu ou sans son intention.

58. Mirza Sahib poursuivit en disant :

« J’ai rêvé que j’étais devant la cour de Dieu en attendant que mon casier soit

présenté. J’ai alors entendu : « O Mirza ! Soit patient, vous serez bientôt libre.

Encore une fois, j’avais vu que j’allais devant la cour où Dieu était assis sur

une chaise comme un Juge. A ses côtés, était un commis qui lui présentait des

do*****ents. Le Juge avait pris un do*****ent en disant : « Mirza est-il présent ?

J’avais vu qu’à côté de lui, il y avait une chaise vacante sur laquelle Il m’avait

demandé de m’asseoir tout en tenant des do*****ents dans ses mains. Aussitôt,

je me réveillais. » (AlBadr vol 2 n°6 1903 ; Mukashifaat p 28-29).

De ce rêve, il se dégage :

1--Où il y a le Messie, Dajjal y vit aussi !
Transmis par webmaster le 04 July 2009 à 01:37:14 AST (2720 lectures)
(Suite... | 69929 octets de plus | Score: 5)
francais

Bismillah Al Rahman Al Rahim

Anti Ahmadiyya Movement in Islam

1--Où il y a le Messie, Dajjal y vit aussi !

Par

Dr Syed Rashid Ali

Mirza Ghulam Ahmad Qadiani, le fondateur du Mouvement Ahmadiyya avait

prétendu être Prophète, Messie et Mahdi entre autres titres. Dans ses tentatives de

justifier et de prouver ses revendications, il avait mal utilisés plusieurs attributs

islamiques, altéré le sens et l’interprétations des versets du Qur’an et Hadith. Par

ailleurs, il avait faussé certains principes fondamentaux de l’Islam. Ses fausses

prétentions ont été exposées dans d’autres articles comme :

Mirza Ghulam est-il réellement le Messie ou le Mahdi Promis.

Qadianisme –Une étude critique par Maulana Abdul Hassan Nadvi.

Est-il un Musulman ? Quelques croyances de Mirza Ghulam Ahmad.

Mythe ou Réalité ? ISHQ-e-RASOOL de Ghulam.

Une autre tromperie qadiani exposée ! Qui et Qu’est-ce que le Khatam un

Nabiyeen ?

Les fausses croyances de Mirza Qadiani par Lal Hussein Akhter

Comment Ghulam avait insulté son Maître ?

Cet article traite de la venue de Hazrat Issa Ibn Maryam (A.S). Depuis que Mirza

Ghulam A. Qadiani avait prétendu au titre de Messie, il était de notre devoir

d’examiner cette question à la lumière de ses écrits.

Les points traités sont présentés dans cet ordre :

1. Les traditions du Saint Prophète SAAW sur la venue du Dajjal.

2. Les dires de Mirza Ghulam A. Qadiani (MGAQ) sur Dajjal.

3. MGAQ vante ses prétentions et ses « révélations ».

4. MGAQ ridiculise les Hadith.

5. MGAQ qualifie les Hadith des papiers de toilette bons pour la poubelle.

6. MGAQ accuse le Saint Prophète SAAW de n’avoir pas compris la révélation

7. MGAQ justifie sa propre description du Dajjal.

8. Le chat est hors du panier.

9. Conclusion.

1. Les traditions du Saint Prophètes SAW sur la venue du Dajjal.

L’eschatologie islamique (croyances sur la fin du monde ou Qiyamah) est une partie

essentielle de la foi de tout Musulman. Il existe une longue liste d’événements décrits

comme étant les signes de la dernière heure, dont certains sont mineurs et d’autres

majeurs. Il y en a ceux qui sont mentionnés dans le Saint Qur’an et d’autres dans les

Hadith du Saint Prophète Muhammad SAW. Entre autres événements, il y a la venue

de Dajjal.

Dajjal est un mot arabe, dont sa racine est « DJL » « Daal Jeem Laam » qui

litéralement veut dire tromper. Dajjal est communément utilisé pour signifier trompeur

ou imposteur. Cependant, Ad-dajjal dans l’eschatologie islamique, se réfère à une

personne spécifique, « l’imposteur », qui apparaîtra avant le Qiyamah. Al- Maseeh

Ad-Dajjal signifie aussi la même personne, le Grand Messie Imposteur. Le Saint

Qur’an ne dit rien à son sujet, mais plusieurs collections authentiques de traditions

du Saint Prophète Muhammad SAW parlent en détail de la venue de Ad-Dajjal et de

ses caractéristiques. Dans Sehah Sittah, plusieurs ahadith authentiques sont

mentionnés. Qadi Shawkani, dans son At-Tawdih bi-ma tawatara fil-Muntazar wad-

Dajjal wal-Masih cite cent traditions. A la fin de son ouvrage, il écrit :

« Les Hadiths sur l’apparution de Dajjal sont mutawaatir (rapporté par

plusieurs sources au cours des générations) bien que tawaatur ait été prouvé

par un nombre moins élevé, néanmoins, j’ai mentionné cent traditions et j’ai

laissé plusieurs autres traditions et d’autres innombrables citations des

Compagnons (du Saint Prophète SAW) ».

(Miam Mohammed Ali, Amir Jamaat Ahmadiyya (faction de Lahori) dit dans son

« Tehreek-e-Ahmadiyyat ».

« Les traditions sur Dajjal sont si nombreuses et sont aussi citées par

plusieurs sources dont les témoignages sont rassemblés dans plusieurs

ouvrages authentiques de Hadiths. On les trouve aussi bien dans « Bukhari »

que dans « Muslim ». A lui seul, le Musnad Ahmad, contient cent traditions sur

Dajjal ». (Tehreek Ahmadiyya, p.119).

Quelques exemples sont donnés ici :

Sunan de Abu-Dawood, Hadith 4305 rapporté par Imran ibn Husayn. Le

Prophète (paix soit sur lui) dit : « Laissez celui qui entend parler de Dajjal

(Antéchrist) partir loin car je jure par Allah qu’un homme s’approchera de lui

pensant qu’il est croyant. Il le suivra suite aux idées confuses qu’il créera dans

son esprit ».

Sahih Al-Bukhari Hadith 9.505 rapporté par Anas. Le Prophète dit : « Allah n’a

pas envoyé un prophète qui n’a pas averti sa nation du menteur borgne (Ad-

Dajjal). Il est borgne alors que notre Seigneur ne l’est pas. Le mot « kafir »

(incroyant) est écrit entre ces deux yeux ».

Se basant sur ces traditions sur Dajjal, nous tirons les attributs suivants :

- Dajjal est borgne, aveugle à l’oeil droit qui sortira de l’avant comme un grain de

raisin bombé.

- Il a un corps si grand, un teint roux et de cheveux frisés.

- Il viendra avec ce qui ressemble à l’Enfer et au Paradis, Ce qu’il appellera le

Paradis sera l’Enfer.

- Il n’entrera pas à Al-Madina Al-Munawwarah,

- Il disparaîtra en Syrie / Palestine

- Les lettres arabes « kaf » « Alif » « Faa » et « Raa », (Kafir, signifiant

« incroyant ») apparaîtront sur son front et seront lisibles pour tous les

Musulmans sincères instruits ou analphabètes.

- Ces négateurs souffriront de la sécheresse et d’autres privations.

- Il accomplira beaucoup de miracles pour méconduire les croyants, par ex : Sur

ses ordres il pleuvra et les trésors sortiront du désert.

- Il coupera un jeune en morceaux et le ramènera à la vie.

- Il vivra parmi les Musulmans durant 40 jours.

- Il essaiera de placer un homme au Trône de Dieu.

- Il viendra avec deux symboles l’eau et le feu qu’il appellera Paradis et Enfer :

Ce qui ressemblera au feu sera de l’eau fraîche (ou Paradis) et ce qui

ressemblera à l’eau sera le feu (ou l’Enfer).

- Il prétendra à la divinité en faisant croire aux gens qu’il peut ressusciter un

mort. Selon d’autres sources (les publications sur l’Au-delà de Anwar al-

Awlaki), un pieux viendra de Médine vers Dajjal, se mettant au sommet du

mont Uhud et courageusement, il accusera Dajjal de n’être pas celui qu’on

attendait.

Dajjal lui demandera alors : « Vous me croirez (que je suis Dieu) si je vous tue et

vous ressuscite aussitôt ? Dajjal le fera et après, l’homme déclarera croire en sa

divinité.

- Ses négateurs souffriront de la sécheresse et de la famine alors que ses

adeptes, seront dans le bonheur terrestre.

- Quelques traditions en Islam disent qu’il apparaîtra à Isfahan, où il se ralliera

aux Juifs. Quelques Musulmans et Chrétiens le suivront.

- Il n’entrera pas à Médine.

- Le Mahdi le combattra au nom de l’Islam.

- Il sera tué par Hazrat Issa Ibn Maryam (Jésus) prés de l’entrée de Ludd, une

ville située actuellement en Israël.

Les détails de ces traditions se trouvent dans les manuels de Hadiths. De même, les

références sur Dajjal sont disponibles sur Google Search. Le but est de donner ici

l’image de la description que le Saint Prophète SAW a faite du Dajjal.

2. Les dires de Mirza Ghulam Ahmad Qadiani (MGAQ) sur Dajjal.

Mirza prétendait à la prophétie et qu’il ne parlait pas de son gré. Alors, voyons ce que

le « Dieu » de Mirza Ghulam Ahmad Qadiani a dit sur Dajjal. S’il vous plaît, notez les

contradictions. Il semble que le « Dieu » de Mirza Ghulam Ahmad Qadiani ne pouvait

pas développer son intelligence.

Les gens de Haq Posh et de Dunya Parast sont des Dajjals

« Les Zaahir Prast de cette ère, se sont unis pour suivre aux pas les juifs, ils

seront décapités par la Flèche d’Allah et la nature juive sera abolie. Tout celui

qui cache la vérité sur Dajjal, Dunya Parast le borgne qui n’a pas de vision

religieuse sera tué par la flèche de l’argument irréfutable et la vérité

triomphera ». (Fateh Islam publié en 1891, Roohani Khazain vol 3 p.10).

Les Nations développées sont des Dajjals

« Peut-être les nations développées sont des Dajjal et leur âne est ce train que

vous voyez parcourir de milliers de kilomètres dans les pays de l’Est et de

l’Ouest ». (Izala-e-Auham, Roohani Khazain vol 3 p 174).

Les Prêtres catholiques (les Missionnaires) sont des Dajjals.

2--Où il y a le Messie, Dajjal y vit aussi !
Transmis par webmaster le 04 July 2009 à 01:22:25 AST (2290 lectures)
(Suite... | 47581 octets de plus | Score: 0)
francais

2--Où il y a le Messie, Dajjal y vit aussi !

4. Mirza Ghulam Ahmadi Qadiani ridiculise les Hadiths

D’un côté, Mirza Ghulam Ahmadi Qadiani prétend qu’il est le plus ardent disciple et

un grand amoureux. C’est pourquoi, il a été élu pour devenir prophète. Mais de

l’autre côté, il avait commis le plus pire des blasphèmes. Lisez les traditions du Saint

Prophète SAW sur Dajjal et comparez-les à celles de Mirza. Elles sont

diamétralement opposées. Mirza Ghulam Ahmad Qadiani, de son imagination fertile

avait trouvé plusieurs astuces pour aplanir les divergences. Ridiculiser les Hadith, les

disqualifier ou même accuser le Saint Prophète SAW d’avoir commis des erreurs.

Toutes les trois méthodes avaient été utilisées :

Ibne Sayyad est Dajjal

« Les recueils authentiques des Hadith, Muslim et Bukhari sont unanimes en

reconnaissant que réellement Ibne Sayyad était le Dajjal Promis…que le Saint

Prophète SAW avait témoigné. Il était finalement devenu Musulman et était

mort, musulman à Médine où il fut enterré dans le cimetière musulman. Mais,

nos frères musulmans campent toujours sur leur position». (Izala-e-Auham,

Roohani Khazain vol 3 p 222).

(Pour l’information des lecteurs, le Saint Prophète n’avait pas affirmé que Ibne

Sayyad était Dajjal. Dans cette citation Mirza essaie de faire croire que le Saint

Prophète SAW avait menti Ma’azAllah).

Croire au Dajjal borgne est Shirk

« Pourquoi dirions-nous de telles paroles pleines de kufr qu’à l’exemple d’Allah

le Tout Puissant, le borgne Dajjal donnera vie aux morts durant son règne et

montrera clairement les signes observables de Dieu. Que personne ne puisse

lui dire : « O le borgne ! Soignez d’abord votre oeil ! L’unicité de Dieu que

l’Islam nous enseigne, permet-il de tels attributs à une créature ?... C’est

étrange d’après les croyances des Musulmans, qu’un âne puisse avoir des

attributs divins et ils disent que le créateur de cet âne est Dajjal lui-même.

Alors, si Dajjal peut donner vie et causer la mort, ne serait-il pas aussi devenu

créateur ? Que resterait-il pour qu’il soit appelé Dieu ? Et ils affirment que cet

âne a la capacité de voyager de l’Est vers l’Ouest en une journée… ».

(Izala-e-Auham, Roohani Khazain vol 3 p 174).

Beaucoup de Dajjals dans les Hadiths.

« Une chose qui mérite plus d’attention pour nos savants. Les hadiths ne

parlent pas d’un seul Dajjal, mais de plusieurs».

(Izala-e-Auham, Roohani Khazain vol 3 p 175).

5. Mirza Ghulam Ahmad Qadiani qualifie les Hadiths des papiers de toilette.

Cette attitude est assez évidente dans la citation suivante :

« La base de nos prétentions n’est pas faite par les Hadiths mais par le Qur’an

et la révélation à moi. Oui, en support, nous présentons aussi ces Hadith qui

ne contredisent pas MA REVELATION. Le reste des Hadith, JE LES REJETTE

COMME DU PAPIER DE TOILETTE ». ( Roohani Khazain vol 19p 140).

Mirza Ghulam Ahmadi Qadiani avait utilisé cette base dans ses prétentions : Issa

Ibne Maryam, Messie Promis, Imam Mahdi, Prophète … vous les citez et la même

logique pervertie fonctionne contre eux. Dajjal ne constituait pas d’exception.

6. Mirza Ghulam Ahmad Qadiani accuse le Saint Prophète (SAW) de n’avoir pas

compris la révélation.

Les traditions du Saint Prophète Muhammad SAW sont très claires sur l’identité de

Dajjal si bien qu’un fidèle ignorant peut l’identifier. Personne ne trouvait sa

description exacte, bien que Mirza avait trouvé une astuce pour prouver qu’en réalité

Dajjal était apparu (pour démontrer qu’il est le Messie Promis). Dans son livre (Izalae-

Auham, Roohani Khazain vol 3 p), des pages entières sont pleines d’arguments

convolutés prouvant que la description de Dajjal dans les recueils authentiques des

Hadith du Saint Prophète SAW n’était pas correcte. Et en ajoutant les insultes, il avait

écrit :

« Il ne serait pas surprenant que la vérité complète sur Ibne Maryam (Jésus) et

Dajjal n’aie pas été révélée au Saint Prophète Muhammad SAW parce que son

prototype exact n’existait pas encore. Il n’avait pas compris le sens de 70 ba’a

(1baa = 4.280 yards). La révélation d’Allah ne lui avait pas illuminé pour

comprendre le mystère profond de Gog et Magog tout comme l’exacte

composition de Da’abatul Ardh ne lui était pas révélée ». (Izala-e-Auham, Roohani

Khazain vol 3 p 473).

Le saint Prophète SAW n’avait pas compris ce que Mirza comprenait. Allah et sa

révélation n’avaient pas guidé le Saint Prophète SAW dans la compréhension des

systèmes des événements précédant le Qiyamah dont MGAQ avait eu

connaissance.

7. MGAQ reproche le Saint Prophète SAW et Hazrat Issa AS d’avoir commis

des erreurs.

Il avait prétendu être le plus ardent fidèle du Saint Prophète SAW, pourtant il avait

essayé de prouver à travers ses livres comme Izala-e-Auham, Kitab-ul-Bar yah et

Anjam-e-atham que les Hadith sont incorrects, Ma’azAllah.

Il ajouta que le Saint Prophète SAW avait commis des fautes dans la

compréhension de la révélation, ainsi dévoilant son obscurantisme. MGAQ avait

essayé de poser un acte fort contre ce qui avait été dit sur Dajjal par le Saint

Prophète SAW. En présentant plusieurs exemples tirés de la vie du Saint Prophète

SAW et MGAQ conclua en disant:

« Il est possible que les Prophètes commettent des fautes lors de

l’interprétation (de la révélation). Par exemple, ce rêve mentionné dans le Saint

Qur’an qui est devenu une source de tribulation pour certains croyants. Le

Saint Prophète SAW voyageait de Médine vers la Mecque…. Sans doute que le

rêve du Saint Prophète est une partie de la révélation (Wahi) mais il n’était pas

informé de la faute qu’il aurait commise dans la compréhension du sens réel

de cette révélation…. De même, la révélation sur Ibne Sayyad n’était pas

évidente et le Saint Prophète pensait au début qu’Ibne Sayyad était Dajjal ce

n’est que plus tard qu’il avait changé d’avis (et il donne un autre exemple)….

Tout ce que le Saint Prophète SAW avait compris dans l’interprétation de sa

prophétie s’était révélé faux. Et le cas des prophéties de Hazrat Maseeh était

étrange. Plusieurs fois, la compréhension d’une prophétie était contraire à la

réalité. De même, il est évident dans la Bible que la révélation de Hazrat n’était

pas claire et nombreuses de ses prophéties ne sont pas accomplies à cause de

l’incompréhension … En tout cas, un principe est sûrement lié à ces exemples

que dans la compréhension et lors de l’interprétation, les Prophètes AS ont

commis des fautes ».

(Izala-e-Auham, Roohani Khazain vol 3 p 471-472).

8. Le chat est hors du panier

Les lecteurs noteront que tous les Hadith sur Dajjal parlent de la fin des temps et de

la venue du Messie Hazrat Issa Ibne Maryam AS. Depuis que Mirza Ghulam Ahmad

Qadiani avait prétendu au titre de Messie Promis et Issa Ibne Maryam, il avait aussi

inventé un Dajjal pour légitimer sa révélation.

« Parmi ces signes, la preuve de cet humble, le Messie Promis est le signe qui

spécialement est la marque de son apparution. Il descendra après la venue du

Dajjal Promis, c’est un fait établi. Celui qui viendra après lui sera le vrai Messie,

à qui on donnera le nom du Messie Promis…. Ainsi cet humble est venu après

l’apparution du Dajjal Promis ». Izala-e-Auham, Roohani Khazain vol 3 p 488-489).

« S’il est prouvé que le Dajjal Promis est ce groupe constitué des Prêtres et

des Missionnaires catholiques qui ont créé les désordres sur terre suite aux

pratiques de la magie dont les conséquences négatives se manifestent avec

force en ces jours … alors, il sera simultanément prouvé que cet humble est le

Messie Promis ». (Il semble que MGAQ est resté incertain sur sa prétention au titre

de Messie Promis !!!)

(Izala-e-Auham, Roohani Khazain vol 3 p 488-489).

Le Messie Promis est arrivé :

« D’après le Saint Qur’an et les livres anciens de Dieu, il est bien dit que

lorsque vous verrez trois types des créatures apparaître sur terre, comprenez

alors que le Messie Promis est arrivé ou il est à la porte.

Maseeh Al –Dajjal, dont la traduction est Khalifa-e-Iblis parce que Dajjal

est un des noms de Iblis (Satan) qui est son Ism-e-Azam… son opposé,

c’est le Messie Allah al-Hayee al-Qayoom … Dieu a voulu qu’il y ait une

lutte entre son Ism-e- Azam et celui de Satan…..

Le deuxième type de créature, un signe du Messie Promis est

l’apparution de Gog et Magog…

Le troisième type de créature, un signe du Messie Promis est

l’apparution de Da’abatul Ardh…. ».

(Tohfa-e-Golrawiya, Roohani Khazain vol 17 p 268-278).

“Une autre preuve (d’être le Messie Promis) est que la bande de Dajjal est

apparue en se développant avec une grande force….de même Gog et Magog

émergent aussi avec grande puissance. Da’abatul Ardh est aussi vu ici et là.

Un nuage sombre est aussi descendu des Cieux et a enveloppé la terre. Si le

Messie n’existe pas alors la prophétie (du Saint Prophète SAW) ne se serait

pas accomplie. Alors que le Messie Promis avait révélé que le concerné est cet

humble ». (Izala-e-Auham, Roohani Khazain vol 3 p 469-470).

Mon Dieu ! Quels efforts MGAQ avait fourni pour accomplir la prophétie du Saint

Prophète Muhammad SAW !!!

Conclusion

Ceux qui sont familiers aux prétentions et aux écrits de MGAQ connaissent très bien

qu’il était un opportuniste n’hésitant pas à mentir et à fausser les significations du

Qur’an et des Hadiths pour atteindre son but. Il s’appuyait sur un concept du Qur’an

ou tiré d’un Hadith, aidé en cela par son imagination malade pour justifier ses

prétentions. Là où il lui convenait, il n’hésitait pas à accepter même un hadith faible

en employant une logique convolutée et des arguments effrayants pour convaincre

ses lecteurs de l’authenticité de ses prétentions.

MGAQ tenait désespéramment à prouver qu’il était le Messie prédit par le Saint

Prophète Muhammad SAW. Il utilisait la logique pervertie, les sens métaphoriques,

l’imagination exagérée au point où il faisait croire qu’il était Issa Ibne Maryam.

Cependant, les doutes subsistaient dans son esprit. Réellement, il savait au fond de

lui-même qu’il était menteur mais incapable de maîtriser son esprit malade. Le but de

tout cet exercice d’inventer un Dajjal était de soutenir sa prétention au titre de Messie

Promis. Il n’avait même pas hésité à accuser le Prophète SAW d’incompréhension,

de commettre des fautes dans l’interprétation de la révélation (Ma’azAllah), pour

justifier sa propre description de Dajjal enfin d’être appelé le Messie.

Relisez encore cette citation.

« La base de nos prétentions n’est pas faite par les Hadiths mais par le Qur’an

ainsi que la révélation à moi. Oui, en support, nous présentons aussi ces

Hadith qui ne contredisent pas MA REVELATION. Le reste des Hadith, JE LES

REJETTE COMME DU PAPIER DE TOILETTE ». ( Roohani Khazain vol 19 p 140).

Mirza Ghulam Ahmad Qadiani était un homme malade avec une imagination malade.

Il n’avait pas de guide pour l’enseigner, il n’avait pas de Shaikh spirituel pour le

mettre en garde des pièges et Shataan était devenu son guide. Il avait prétendu au

tite de Messie ; mais, il avait eu des difficultés pour le prouver. Mirza Ghulam Ahmad

Qadiani est mort en 1908 mais les Missionnaires catholiques existent toujours et ils

sont plus actifs qu’auparavant. Si écrire quelques livres contre le Christianisme est

tué Dajjal spirituellement alors je suis sûr que d’autres ont mieux fait ce travail que

lui.

Chers lecteurs ! Devenir Messie n’était pas la fin de l’histoire. Son esprit malade suite

aux illusions de grandeur était la raison. Il ne s’était pas arrêté là, il avait poussé sa

folie plus loin jusqu’à s’auto déclarer Prophète. Mais Satan ne l’avait pas abandonné

à ce stade, il lui avait fait écrire qu’il état le fils de dieu, la femme de dieu et enfin

dieu. Puisse Allah vous protéger tous de Satan, le maudit. Amin.

J’invite les fidèles ahmadis de lire, de vérifier et de réfléchir sur ce qui a été écrit.

Puisse Allah vous montrer le vrai et le faux, vous donner le courage de suivre le droit

chemin et de dénoncer le mensonge. Amin.

Wa maa alainaa ila-al-balaagh-notre mission n’est que faire parvenir le message.

Wassalam.

Dr Syed Rashid Ali

Références :

1. http://en.wikipedia.org/wiki/Islamic eschatology

2. http://www.usc.edu/dept/MSA/fundaments/pillars/signofthelastour.html

3. http://etori.tripod.com/on-antichrist.html

4. http://en.wikipedia.org/wiki/Dajjal

5. At-Tawdih bi-ma tawatara fil-Muntazar wad-Dajjal wal-Masih

6. Roohani Khazain

Campagne déducation visant une mise en garde.
Transmis par webmaster le 16 June 2009 à 19:55:14 AST (1647 lectures)
(Suite... | Score: 0)
francais

Bismillahir Rahmanir Rahim.

Mouvement Anti-Ahmadiyya en Islam

Campagne d’éducation visant une mise en garde.

Un échec de plus subi par la Jamaat Ahmadiyya, après le départ Shahid Ahmad

Kamal de Londres, du Mouvement Ahmadiyya.

Agé de 38 ans et issue d’une famille ahmadie convaincue, orginaire de l’Inde Shahid

Ahmad Kamal, a pris la décision fatale d’abandonner le Qadianisme, avait rapporté le journal

« Ummat ». Ce dernier était chargé de prêcher le Qadianisme dans les Universités et Collèges en

Angleterre. Cette annonce a été à la Mosquée de la localité où il vivait. Voici la teneur de sa

déclaration et de sa lettre envoyée à Mirza Masroor, le Calife du Mouvement Ahmadiyya :

« Moi, Shahid Kamal Ahmad, fils de Mubarak Ahmad (Puisse Allah accorder du repos à son

âme), âgé à ce jour de 38 ans, résidant à Fulham, Londres, déclare publiquement que je suis né

d’une famille Ahmadiyyat et que j’ai grandi et ai été élévé dans la croyance Ahmadiyyat. J’étais

engagé dans toutes les actions que la Jamaat menait. Plus mon engagement croissait, plus de

questions et des doutes hantaient ma conscience. C’est pour cette raison que durant au moins

une année, je me suis décidé de méditer sur ma croyance ; ce qui m’avait poussé à entreprendre

des recherches approfondies. Ma concentration s’était intensifiée de façon dramatique ces trois

derniers mois depuis le début du dernier mois de Ramadhan au point où je lisais quotidiennement

entre deux cents et trois cents pages, parfois même plus ainsi que des textes variés.

Je suis arrivé à la conclusion selon laquelle plusieurs concepts et principes de la Jamaat

Ahmadiyya sont en désaccord avec les enseignements de l’Islam, et ; quelques fois , cette Jamaat

s’oppose à l’Islam. Je déclare aujourd’hui que je rompts mes relations avec la Jamaat Ahmadiyya

et que je m’éloigne de ses enseignements.»

Je suis heureux et fier de déclarer que je suis aujourd’hui un vrai musulman qui crois que le Saint

Prophète Muhammad (SQW) était le dernier Prophète d’Allah et que tout celui qui prétend à la

prophétie après lui est en perdition. Je suis certain que mes proches parents ahmadis et mes

frères seront bouleversés par ma décision. Mais, personnellement je suis satisfait car ayant

découvert que les principes et les concepts de la Jamaat Ahmadiyya sont incorrects.

Je me suis libéré de moi-même pour que je mette fin à cette confusion. J’assumerai mes

responsabilités de toute conséquence que cette décision engendrerait, Insh’Allah.

Je prie du fond de mon coeur pour mes enfants, mes frères et les autres ahmadis ; qu’Allah leur

donne le courage et la force de trouver le droit chemin- et qu’ils se désolidarisent de ce groupe

des gens qui collecte de l’argent au nom d’un autoproclamé prophète et d’un culte créé de toute

pièce par cet homme. Je prie aussi pour que les ahmadis se joignent à la vraie religion tel qu’il

est prescrit par le Qur’an et la Sunnah. Si Allah me donne l’opportunité, je m’efforcerai

d’expliquer profondément plus au sujet de mon départ, incluant sa nature publique et mon

adhésion à l’Islam dans un do*****ent plus large.

Enfin, je remercie tous les frères et toutes les soeurs en Islam qui m’ont aidé en mettant des

do*****ents à ma disposition pour la recherche et qui ont facilité mon adhésion à l’Islam. Le

Hidayah ne vient que d’Allah, Lui qui guide les gens honnêtes à faire parvenir Son Message

Final à l’humanité.

Wassalam.

Shahid Kamal Ahmad.

10 Décembre 2004

Lettre de Shahid Kamal à Mirza Masroor.

Bismillahir Rahmanir Rahim.

22 Waldemar Avenue

London SW6 5NA

Mr Mirza Masroor Ahmad.

The London Mosque

16 Gressenhall Road

London SW 18 5 QL

Cher Mr Mirza Masroor Ahmad Sahib,

Je vous écris pour vous informer qu’après une longue période passée au sein de la Jamaat

Ahmadiyya, je viens de décider de mettre fin à ma qualité de membre avec pour effet immédiat.

Comme vous imaginerez, ce n’était pas une décision facile et je ne suis pas arrivé à cette

décision sans beaucoup de délibérations.

J’ai réfléchi, prié, étudié et médité durant une longue période. Après beaucoup de doutes, malgré

mes services à la Jamaat et l’histoire du sacrifice de ma famille en faveur de la Jamaat, je suis

arrivé à la conclusion selon laquelle la Jamaat Ahmadiyya n’est pas sur le droit chemin. Dans le

souci de sauver mon âme, je suis fier de déclarer aujourd’hui que je suis Musulman. Je témoigne

solennellement q’il n’y a pas de dieu qu’Allah et que Muhammad est son Messager. Je témoigne

aussi que Hazrat Muhammad Mustafa Swallalahu Alayhi Wassalam est le Dernier Prophète

d’Allah et que le Saint Qur’an est la Dernière Révélation d’Allah aux humains.

Je vous invite humblement ainsi que toute la Jamaat Ahmadiyya à suivre la voie du Saint

Prophète, de sa famille et de ses vertueux compagnons bien guidés au service de l’Islam et de

rejetter ainsi toute idée tendant à diviser la Umma en sectes. Je prie Allah, Insh’Allah, qui tous

les Ahmadis reçoivent le Hidayah d’Allah le Tout-Puissant afin qu’ils suivent le droit chemin,

Amin.

Wassalam

Shahid Kamal Ahmad.

Copie pour information

Mr MA. Rasheed,

Président, Jamaat Londres Nord.

Nous congratulons Mr Shahid par sa décision audacieuse de quitter le Mouvement Ahmadiyya et

lui souhaitons la bienvenue au pli de l’Islam. Nous prions Allah de lui accorder les bénédictions

et de le garder ferme dans sa conviction. Nous prions également Allah de montrer le droit

chemin aux autres membres de sa famille en particulier et à d’autres Qadianis en général. Amiin.

Wassalam

Dr S. Rashid Ali.

Dr Syed Rashid Ali

Mouvement Anti Ahmadiyya en Islam

P.O.Box 11560 Dibba Al Fujairah U.A.E

Fax 97192442846 E-mail: rasyed@emirates.net.ae

LA VIE APRES LE CULTE
Transmis par webmaster le 16 June 2009 à 19:28:46 AST (1359 lectures)
(Suite... | Score: 2)
francais

Bismillahir Rahmanir Rahim

LA VIE APRES LE CULTE

Par Shahid Kamal Ahmad, Ancien Ahmadi.

Il y a trois mois que j’ai quitté le Qadianisme pour embrasser l’Islam. J’ai rédigé un

livre au cours du mois de Ramadan 2004 intitulé« la Fracture dans la Foi » dont les objectifs

visés étaient de :

- éclaircir les raisons qui m’ont poussé à quitter le Qadianisme ;

- exposer les circonstances dans lesquelles j’ai quitté ;

- lever des doutes sur mon départ ;

- encourager les autres adeptes du Qadianisme à faire de même ;

- partager mon expérience dans l’espoir d’aider les autres .

« La Fracture dans la foi » est presque à moitié terminé. J’ai montré le manuscrit à un nombre

considérable des gens et jusqu’à ce jour, le livre a un écho favorable auprès des lecteurs.

Heureusement ou malheureusement, dépendant de votre point de vue, je suis devenu esclave de

mes consultations quotidiennes du site w.w.w. ahmedi.org., les lettres anonymes à des amis et

les courriers électroniques aux diverses personnes bien- aimées. Depuis, j’ai appris des choses

que j’aurais apprises il y a des années. Bon nombre des Qadianis sont allergiques lorsqu’on

classe le Qadianisme dans les cultes. L’ important est que les gens aient un do*****ent comme

celui-ci à leur disposition qui aidera à lever les doutes sur l’image véritable du Qadianisme.

Après tout, s’il n’était pas un culte, pourquoi ce message ?

Dans « La Fracture dans la Foi » le chapitre « La Vie après le Culte » constitue un « guide

pour la survie, si vous voulez- Plusieurs Qadianis sont terrifiés du sort qui leur sera réservé

s’ils abandonnaient l’Ahmadiyya. Pas nécessairement terrifiés pour leur sécurité physique

comme tel, même s’il est plus facile en Occident qu’à Rabwah selon moi, mais une peur

angoissante de l’inconnu en général. J’ai personnellement vécu ce sentiment avant de me

décider à abandonner. Mais, finalement tout s’était bien passé.

Certes, des difficultés d’adaptation ne manquent pas mais souvent les choses se passent bien.

Je suis entrain de travailler dans le but de guider ceux qui envisageraient un jour d’abandonner

ou qui ont abandonné tout récemment le Qadianisme et qui n’ont bénéficié d’aucun soutien. Je

voudrais succinctement énumérer dix points profitables à ceux qui ont besoin d’une tape

amicale sur les épaules susceptible de les réconforter .

1. JE SUIS TOURMENTE . QUE DOIS – JE FAIRE ?

Priez. Priez. Priez plusieurs fois. Confiez votre volonté à Allah SWT. Faites de la prière, la

pierre angulaire de votre vie. Si vous ratez une prière, faites-la pendant la journée ou

immédiatement après !

Faites un pacte ferme avec vous-même ; que plus jamais vous ne raterez plus une prière

obligatoire dans votre vie. Dans votre première prosternation (sajdah) comme un bon

musulman, remerciez Allah et faites couler les larmes de gratitude. Restez ancrer là-bas

pendant longtemps (sauf si vous souffrez de la tension artérielle, du rhumatisme ou d’une autre

maladie, cherchez l’avis du médecin, et n’intentez pas un procès contre moi).

Allah qui vous a guidé va vous assister mieux que tout autre humain. Vous avez peur. C’est

tout à fait naturel. Probablement, vous n’avez connu que la Jama’at Ahmadiyya durant toute

votre vie et rien d’autre. Peut-être que vous pensez que tous les musulmans là dehors sont des

fous portant des longues barbes terrorisantes, ne songeant qu’au Jihad dans l’attente du

Messie. Que toutes les musulmanes sont des extrémistes en Hijab. Rien n’est plus loin de la

vérité !

C’est naturel d’avoir peur de l’inconnu. Allons. L’Islam est votre état naturel. Continuez de

mener votre vie soit dans un état de Swabr (endurance) ou soit dans celui de shukr (gratitude).

Soyez plutôt prêt pour affronter les épreuves. Cependant, elles seront passagères. Attendez la

joie mais qui va aussi passer.

Lorsque vous serez réellement un musulman dans votre coeur, lorsque le doute sera levé en

vous, lorsque vous vous rendrez compte que vous étiez perdu avant et que vous avez laissé les

innovations et les distractions hanter votre personne jusqu’à vous changer, c’est alors que de ce

constat, s’éveilleront la pureté et la beauté de la soumission sincère d’un bon coeur empli

d’amour immaculé pour Rasulullah (SAW), le Dernier Prophète de l’humanité. A ce moment

là, votre peur ainsi que vos doutes se dissiperont d’eux-mêmes.

2. COMMENT DEVIENDRAI-JE MUSULMAN OFFICILLEMENT ? EXISTE-TIL

UN SYSTEME ISLAMIQUE DE BAI’AT RECONNU PARTOUT ? EST-CE

QUE JE VAIS PAYER DE CHANDA ?

Vous prendrez la douche. En toute conviction et en toue fermeté vous prononcerez la Shahada.

Je vous recommanderais de le faire avant Fajr un vendredi. C’est le moment béni. C’est vrai.

Vous deviendrez musulman. Alors, vous devez le vivre. C’est sûr que les Qadianis

s’illusionnent dans leur croyance qu’ils sont musulmans. Ils seront à coup sûr confus par cette

grande peine que vous vous donnerez pour devenir musulman. Réservons cependant cette

discussion en une autre occasion . De deux, vous comprendrez lorsque vous accomplirez. Vous

sentirez combien vous vous êtes déchargé d’un fardeau si lourd et votre âme verra une lumière

d’une clarté inégalée

Les Qadianis traitent l’Islam de religion morte et satanique. Je suis aujourd’hui mieux indiqué

pour vous affirmer que l’Islam est vivant, que l’Islam est beau et que l’Islam reste toujours la

religion d’Allah SWT et de Son Messager SAW. Le système de baiat international n’existe pas

en Islam. Et vous n’aurez plus à payer des CHANDA qui d’ailleurs n’ont pas de fondement en

Islam. Vous paierez la Zakat lorsque vous remplirez les conditions et vous donnerez le sadaqah

selon vos possibilités sans aucune contrainte.

Allah SWT n’impose pas une quelconque charge à qui que ce soit même s’il peut arriver que

vous soyez tenté de temps en temps. Allah SWT nous demande plutôt de dépenser dans Sa

voie, chose pour laquelle nous serons récompensés. Par contre, la CHANDA n’est pas une

dépense dans la voie d’Allah. Mais , la Sadaqah et la Zakat le sont.

Le Prophète SAW a dit : « Donner l’aumône est obligatoire pour tout musulman ». On

lui demanda : « Que dites-vous de celui qui ne dispose pas de moyens pour faire ainsi ». Il

répondit : « Qu’il fasse un travail manuel, car agir de la sorte lui est profitable et il aura payé

l’aumône ». On répliqua : « Que dites- vous de celui qui ne dispose pas de moyens pour le

faire ». Il répondit : « Alors qu’il assiste le nécessiteux, l’affligé ». On lui demanda : « Que

dites-vous de celui qui est incapable de faire même cela ». Il répondit : « Alors qu’il ordonne le

bien ». Quelqu’un d’autre demanda : « Et s’il ne peut pas le faire ? » Il (Prophète) ajouta :

« Eh ! bien qu’il s’abstienne de faire le mal, car en vérité cet acte constituera de l’aumône pour

lui ». (Rapporté par Muslim).

Vous découvrirez alors la grandeur du concept de la charité en Islam. Vous n’aurez plus des

bureaucrates insupportables à vous téléphoner, vous embarrassant avec des demandes d’argent

pour des multiples fonds. Vous vous sentirez disposer à donner lorsque vous ne serez plus

sous pression . La charité en Islam se limite à la Zakat et au Sadaqah, sans plus ni moins.

3. CONCERNANT LES GENS DE KHATME NUBUWWAT, N’AVEZ-VOUS PAS

BESOIN DE DENONCER LE QADIANISME PAR LEUR BIAIS ?

Non. Je l’ai fait, mais ce n’est pas pour tout le monde. C’était juste pour moi-même. Surtout

pour une musulmane, ce n’est pas facile. Jusque-là le monde ne s’occupe pas des femmes

comme il se doit. Les raisons (stratégies) de ma Shahada en public, à travers Khatme

Nubuwwat, est une histoire personnelle assez intéressante. Je peux ou ne pas en parler dans

« La Fracture dans la Foi ». Toutefois, si vous êtes fort, si vous n’avez pas peur, si vous voulez

fixer un piquet dans la terre, on a pas besoin d’un grand public, puissant sur le plan mondial

pour déclarer que vous êtes en dehors du joug du Qadianisme et que vous faites désormais

partie de la famille de l’Islam. Ecrivez-moi sur cette question si vous voulez – je serai disposé

à répondre à n’importe quelle question. Personnellement, j’aimais beaucoup Sohail Bawa de

l’Académie Khatme Nubuwwat de Upton Park, à Londres. Il était à mon entière disposition et

m’a assisté en me donnant tous les livres et toute la littérature dont j’avais besoin. Il me

montrait de la courtoisie, de l’hospitalité, de la fraternité et de l’amour. Il ne m’ avait rien exigé

en retour. Je pensais qu’il était du type de Mullah fou. Il n’en était pas du tout. Mais, il y a là

une marque de fraternité, si vous pardonnez l’expression qui est simplement indescriptible et

qu’on ne trouve que uniquement chez les Musulmans. Nombreux sont ceux qui au monde

nous ont manifesté leur soutien. Lorsque vous quitterez, vous trouverez, insh’Allah, une fois

dehors, le même accueil chaleureux. Vous n’irez pas loin dans cette route. Tout dépendra de

vous. Je vous conseillerai plutôt d’agir vite. Ecrivez votre intention dans une lettre à adresser à

l’actuel leader du mouvement . Vous le reconnaîtrez par son costume pompeux, sous la

protection d’un grand entourage. Il sera sans doute un descendant de Mirza Ghulam Ahmad

Sahib ; et réserve une copie à votre dirigeant local. Si vous ne pouvez pas agir ainsi ; si vous

êtes jeune ou une musulmane ou un vulnérable, alors adressez-vous une lettre, postez-là et

laissez-là fermer lorsque vous la recevrez. Elle constitue une preuve solide que vous n’avez pas

été chassé de la Jama’at. Vous devez vous sentir fort lorsque vous quittez. Si réellement, vous

désirez chercher l’agrément d’Allah loin des désirs de ce monde, vous n’avez aucune raison

d’avoir peur, insh’Allah.

4. ET AU SUJET DE MES AMIS ET DE MA FAMILLE ?

« Jamais vos proches parents ni vos enfants ne vous seront d’aucune utilité le jour de la

résurrection. Ce jour-là, Dieu mettra une séparation entre vous ; Dieu voit parfaitement ce que

vous faites ». (Qur’an 60 :3)

Allah SWT l’a dit. Que voulez-vous que je vous dise ? OK, OK , c’est dur, je sais ! Ils ne

seront pas contents. Tous ces gens que vous avez aimés et qui vous aiment seront très choqués.

Ils se remettront par après. Le temps est un grand remède. Le sang, c’est le sang. Peut-être que

certains parmi eux sont dans l’attente d’un aussi brave que vous pour faire le premier pas avant

qu’ils ne fassent eux aussi ce que leurs coeurs les insufflent que telle est la voie à suivre.

5. JE SUIS ISOLE. DE TOUS CES MUSLMANS, JE NE CONNAIS PERSONNE.

N’hésitez pas. Prenez contact avec les gens qui ont quitté avant vous à travers le site

ahmedi.org. Retenez leurs adresses et commencez à leur écrire. Ils seront tous ravi de vous

aider et de vous accueillir. Si vous vous rendez dans leurs villes, ils vous accueilleront dans

leurs maisons à coeur ouvert. Là dehors, il y a plus d’un milliard des musulmans. La plupart

d’entre eux sont des gens très amicaux. A ma conversion, ce fut un grand plaisir d’avoir été

aidé et guidé par des personnes qui ont abandonné la confusion du Qadianisme après avoir pris

ma décision. Ils étaient tous généreux et sans rien espéré en retour. Ce sont des véritables

pieux sans aucune visée machiavélique. Au fin fond de vous, vous réalisez que les meilleurs

des Musulmans sont comme cela et qu’ils ne sont pas des adeptes d’une religion morte

(caduque) et satanique comme on vous l’avait appris. Insh’Allah, je publierai un annuaire des

gens qui seront ravis d’être contactés – un réseau de secours aux ex-ahmadis, si vous voulez.

Cet aspect sera ajouté dans « La Fracture dans la Foi » et la liste sera également fournie sur

demande. Pour diverses raisons fondées, je ne vais pas publier la liste des noms et les adresses

de ces gens dans un do*****ent ou sur le web ! Ce sont des gens qui m’ont aidé et qui seront

contents d’être contactés et qui vous offriront de l’aide et de l’orientation à votre gré. La

meilleure façon d’avoir de nouveaux contacts et de quitter, c’est d’aller à votre mosquée locale.

Chose qui m’avait guidé aussi.

6. VERS QUELLE MOSQUEE DOIS-JE ME TOURNER MAINTENANT ?

C’est la meilleure façon. N’importe quelle mosquée. C’est vrai ! Tu seras accueilli partout. Et

vous serez ravi de cette expérience. Je vous le promets. Si vous n’êtes pas tout à fait satisfait,

essayez une autre ! Et encore une autre ! Personnellement, j’avais de la chance. Ma mosquée

locale est très accueillante et les sermons de vendredi sont très constructifs, élévateurs et

rafraîchissants durant toute la semaine. En plus, ils sont pratiques et je peux les appliquer dans

ma vie. Chaque semaine, je reçois un précieux cadeau des enseignements que je peux appliquer

dans ma vie pour les semaines suivantes et qui m’enrichissent. Et une fois habitué, restent avec

moi pour toujours. Une autre bonne nouveauté apparaîtra également – Jumuah deviendra plus

facile ! Partout où vous serez, vous pouvez assister à la prière de Jumuah – Il y aura toujours

une mosquée quelque part près de vous pour vous accueillir !

Dans « La Fracture dans la Foi », je donnerai plus de détails à ce propos. Il suffit de dire que

c’est encourageant d’aller à une mosquée avec le pressentiment d’en faire partie.

7. QUELLE ECOLE DE JURISPRUDENCE( MADH’HAB) DOIS-JE SUIVRE ?

Cela dépend de vous. Cependant, mon conseil est de suivre la voie de Rasulullah (SAW) et ses

vertueux califes ainsi que ses compagnons bien guidés (R.A). Les autres différences sont

doctrinales. En dehors d’une poignée de petits détails, vous êtes en sécurité partout au cas où

vous garderiez cette approche ! Si quelqu’un vous demandait votre madh’hab, demandez-lui

sans tarder quel était celui de Rasulullah SAW ? C’est votre madh’hab.

Mais, si vous voulez suivre un autre madh’hab, c’est bien et vous êtes libre. L’important est

que vous avez quitté un culte sans fondement ne tolérant ni la liberté de pensée ni celle

d’action. Je vous encouragerais de suivre la voie que j’ai mentionnée, mais en vérité, point de

contrainte en religion.

8. QUELLES SONT CES HISTOIRES DE HANAFI/SHAFFI QUE J’ENTENDS ?

DE QUI S’AGIT-IL ?

Ce sont des imams connus vertueux qui ont donné des points de vue légèrement divergents sur

quelques questions de la jurisprudence islamique. Tous attestent que Muhammad Rasulullah

est le Dernier Prophète et Envoyé d’Allah SWT. Si vous voulez approfondir les questions de la

jurisprudence, vous trouverez plus d’explications dans « La Fracture dans la Foi ». Autrement,

vous trouverez beaucoup d’Ulémas sur Internet parmi lesquels « ahmedi.org » qui peuvent

vous aider.

9. A PROPOS DE ISSA (AS), QUE DOIS-JE FAIRE AVEC MA FOI SUR CETTE

QUESTION ? JE VEUX DIRE QUE JE SUIS REELLEMENT CONVAINCU

PAR L’ARGUMENT QADIANI CAR IL SEMBLE ETRE TRES LOGIQUE.

Bien. Je dis : Lisez quelques livres, discutez avec les imams instruits. Ceux-là qui ont

sérieusement étudié des sources authentiques et apprêtez votre esprit.

Allah SWAT vous a donné de l’intelligence et maintenant Alhamdulillah, vous êtes libre de

l’utiliser à bon escient ! Gardez votre esprit ouvert. C’est ce que je vous demande.

Et à propos, je vous le garantis ISA (AS) n’est pas enterré dans la tombe de Yuz Asaf. Et

malgré toutes les spéculations, personne ne connaît exactement ce qui s’était réellement passé.

Ne vous laissez pas escroquer en croyant en des stupidités simplement parce qu’elles sont dans

l’intérêt de quelqu’un de vous les vendre. Comme vous, je croyais fermement en la version

véhiculée par la Jamaat Ahmadiyya. Aujourd’hui, je n’y crois plus car ayant découvert leur

fausseté après avoir lu de nombreux écrits provenant de diverses sources contradictoires.

Maintenant, mon esprit est ouvert. Je ne détiens pas les faits, mais je serai disposer à les

accueillir s’ils arrivaient au lieu d’appuyer des conjectures. Je vous rappelle cependant que :

« Parce qu’Ils ont dit : « Nous avons tué le Messie Jésus Fils de Marie, le Messager de Dieu ».

Ils ne l’ont ni tué, ni crucifié mais ils furent abusés par quelque ressemblance. Ceux qui ont été

en désaccord à son sujet doutèrent certainement de sa vraie identité car ils n’avaient de lui

aucune connaissance sûre si ce n’est une simple conjecture et ils ne l’ont pas tué pleinement

convaincus de son identité ». (Qur’an 4 :157)

10. SERAI-JE RAVI DANS UNE PERIODE DE TROIS MOIS ?

Oui. Insh’Allah. Oui. Oui. Oui. Eclat, sagesse, beauté, fraternité, la vie avec les confrères,

l’unité avec une pulsion entre liée qui supporte le monde.

Bienvenu. Bienvenu. Bienvenu au beau monde de l’Islam, contraire à l’image présentée par les

médias occidentaux et à celle que la Jamaat Ahmadiyya enseigne. En ma qualité de celui qui

se trouve sur l’autre rive, je dis : « Jetez-vous dans l’eau, elle est sans danger ».

Puisse Allah SWAT vous guider, vous bénir, vous tenir fermes et vous garder tous en bonne

santé. Amin.

Mouvement Anti Ahmadiyya en Islam

Dr Syed Rashid Ali

P.O. Box 11560 Dibba Al Fujairah United Arab Emirates . (U.A.E)

Fax: 97192442846. E-mail : rasyed@emirates.net.ae

http://alhafeez.org/rashid

LAventurisme religieux en Islam
Transmis par webmaster le 16 June 2009 à 16:36:07 AST (1360 lectures)
(Suite... | Score: 0)
francais

Mouvement Anti Ahmadiyya en Islam

L’Aventurisme religieux en Islam

Par Tahira Parwez.

Les Musulmans croient et mettent en pratique les enseignements de Muhammad

(SAW) en tant que Dernier des Prophètes, tandis que le Qur’an est reconnu comme

étant le Dernier des livres Saints d’Allah. Toute déviation dans cette croyance mène

hors du pli de l’Islam. L’Islam comme bien d’autres religions a connu de faux

prétendants à la prophétie depuis ses origines. La plupart d’entre eux étaient

franchement des insensés. Ils étaient ignorés ou convenablement traités. Certains

étaient d’habiles ambitieux politiques. Ils sont qualifiés d’aventuriers religieux par

Allama Aqbal, comme vous le verrez dans cet article. Leur existence dépend

beaucoup de l’émergence du Mullahisme sous l’Islam impérial et son expansion vers

un clergé institutionnalisé particulièrement lors de la désintégration de l’Empire

musulman. Musaylima, Sadjah, al-Aswad al-Ansi et Tulayha b. Khuwaylid ont

prétendu à la prophétie durant ou peu après la mort du Prophète Muhammad (SAW).

Ils sont connus comme des leaders du ridda qui ont rejeté l’autorité de l’Etat de

Médine pour arc-bouter leurs aspirations vers l’indépendance tribale ou régionale.

Al-Aswad, « le déguisant » était le leader du premier ridda au Yémen. C’est un sujet

de débat pour savoir s’il était Musulman ou non. Ce dernier avait prétendu être un

Devin (Kahin), parlant au nom d’Allah, et pratiquant la prestidigitation. Après avoir tué

Sahar, le leader de sa tribu, il décapita deux envoyés du Prophète Muhammad

(SAW) et déclara son indépendance. Son règne n’avait duré que deux mois parce

que ses compagnons ainsi que la veuve de Sahar qu’il venait d’épouser l’avaient

assassiné.

Musaylima (al-kazab) s’était déclaré prophète à la mort de Howda, pour faire valoir

sa prétention au leadership de Banu Hanifa (630 A D). Il ordonna trois prières, le

jeûne et l’abstinence au vin (disputé !). Il croyait aussi en la Résurrection. Il a été

renié suite à sa lettre au Prophète Muhammad (SAW) en 632 AD pour le partage de

l’autorité. Abubakar (R.A) envoya Khalid b. Walid (R.A) avec une armée puissante

qui a mis fin à sa vie et à ses ambitions. Peu avant sa mort, il s’était marié à Sadjah

de la tribu des Tamim, une femme qui prétendit aussi à la prophétie.

De même, Al- Harith b. Said prétendit à la prophétie au cours du règne du calife

omayade Abd al-Malik B. Marwan, il avait le soutien d’un nombre de soldats royaux.

Il fut exécuté en 698-699 AD. Imam Abu Hanifa croyait fortement au Khutum-enabuwat

et avait décrété une fatwa qualifiant d’infidèle tout Musulman qui

demanderait à un prétendant à la prophétie de le prouver. Il s’était véhément opposé

et critiquait toute personne suspectée d’entretenir une telle intention durant son

temps (699-767 AD).

Le fameux rebelle shiite, al-Mukhtar b. Abi Ubayd était aussi connu de s’être déclaré

prophète. Muhammad b. Sa’id (al-muslub) est considéré comme faisant partie des

quatre infâmes fabricateurs des Hadiths en déformant entre autre le Hadith suivant :

« Je suis le sceau des prophètes et il n’y a pas de prophète après moi » en ajoutant

« sauf si Allah le veut (autrement) ». Il est rapporté qu’il avait tiré avantage de cette

addition pour se déclarer prophète. Il fut exécuté sous les ordres du Calife

abbasside, Abu Jafar al-Mansur.

Hashim b. al-Hakim plus connu en histoire sous le nom de al-Muqanna, prétendit à la

prophétie à Khurasan durant le règne du Calife abbasside al-Mahadi. Il est rapporté

avoir eu des soutiens dans cette région. Il a été capturé et fut exécuté en 779-780

AD après avoir été défait par les forces du Calife. Mahmud b. al Faraj avait fait son

apparition à Samara en 849-850 AD. Il prétendit que le Qur’an lui était révélé par

l’Ange Gabriel. Il est rapporté qu’il avait eu des sympathisants à Samara et à

Bagdad. Il fut exécuté sur ordre du Calife, al- Mutawakkil. Mirza Ali Muhammad,

connu sous le nom Bab (la porte) était né en 1819 AD et avait grandi à Shiraz en

Iran. Il avait suivi l’éducation contemporaine jusqu’à l’âge de 15 ans. Après, il s’était

engagé dans le business avec son oncle. Il s’était marié à l’âge de 22 ans. De ce

mariage il avait eu un fils qui malheureusement était mort dans son enfance.

Dans le monde shiite, l’Imam caché était attendu en 1260 hégire (1844 AD)

coïncidant ainsi avec le millième anniversaire de sa disparut ion. Bâb était proche de

la secte de Shaykh’is qui croyait dans l’imminente apparut ion d’un messager divin.

Lorsque Bâb se déclarait être « la porte (Bâb) » vers les 12 Imam en avançant

d’autres prétentions, il a été embrassé par Shaykhi, et fut rebaptisé Babis. Au même

moment, il se déclarait l’Imam caché, développant l’argument de l’école de Shaykhi

selon lequel, l’Imam vivra à Hurqalya (domaine des images originales). Ainsi, son

retour n’était pas attendu dans le même corps physique mais sous forme d’un

homme qui à Hurqalya était la figure originale de l’Imam. Après le Mahdi (l’Imam

caché), il avait progressé jusqu’à s’appeler Nuqtiyiula (titre du Prophète Muhammad

(SAW)) et déclara que le Qur’an et la Sharia islamique étaient abrogés. Les savants

shiites et sunnites l’avaient condamné et Bâb connut des emprisonnements

successifs, des procès et des outrages avant d’être tué par un escadron en 1850.

Mirza Husayn Ali, Bahaullah éminent disciple de Bab était né en 1871 à Téhéran. Il

était l’aîné de la famille de Mirza Abbas de Nur, un Ministre d’Etat. Il avait été éduqué

à la maison. Il fut emprisonné en 1852 suite à la tentative infructueuse de Babis de

tuer le Shah. Bahaullah tomba gravement malade en prison d’où il fut forcé de

s’exiler à Bagdad (à la place de l’exécution) après l’intervention d’un Ministre russe.

Les Leaders musulmans de Bagdad s’opposèrent aux activités de Bahaullah jusqu’à

ce que le Roi demanda son départ ainsi que celui et ses disciples pour

Constantinople et plus tard pour Adrianople.

Au cours de ce voyage, en 1863, Bahaullah se déclara prophète, « le Promis »

(comme il a été prophétisé par Bâb) et qu’il était accepté par le Babis. Aujourd’hui, ils

sont connus sous l’appellation de Bahaïs. Toutefois, une faction dirigée par son demi

frère Mirza Yahya, l’héritier légitime de Bâb, se désolidarisa. Les Musulmans

refusèrent l’hospitalité à ce traître de foi. C’est dans ce contexte que le

Gouvernement turc interdisa l’entrée de Babis et du Bahaïsme à Adrianople.

Bahaullah et ses fidèles s’exilèrent à Akka (Acre), une ville prison de Palestine en

1868 pendant que Mirza Yahya et ses partisans allèrent à Chypre. Bahaullah mourut

en 1892 et fut succédé par son fils aîné Abdul Baha (Abbas Effendi). Celui décéda à

son tour en 1921. C’est Shoghi Effendi qui le remplaça mais mourut en 1957 sans

laisser d’héritier. Les Bahaïs sont aujourd’hui dirigeaient par une institution appelée

la Maison Universelle de Justice.

Mirza Ghulam Ahmad est né à Qadiyan (Inde) en 1830. Il a été éduqué très jeune à

la maison par des enseignants sunnites et shiites.

Mirza avait travaillé comme clerc de second niveau dans le Bureau du Commissaire

adjoint à Sialkot où il avait échoué à trois reprises son examen d’avancement de

grade, ce qui le poussa à se tourner vers la religion en développant des

comportements studieux et de réclusion. Durant ce temps, il rencontrait souvent le

Révérend Butler, un éminent missionnaire chrétien sur demande du commissaire

adjoint. Peu après en 1876, Ghulam Ahmad démissionna et retourna à Qadiyan suite

à la mort de son père.

Durant deux décennies qui ont suivi, il inventa et réinventa en se proclamant pieux,

réformateur religieux et défenseur de la foi. En usant d’une logique pervertie

(semblable à celle du Bâb), il se proclama Mahdi Promis, Messie Promis et enfin

Prophète. Une petite minorité de Musulmans moyens, certains proches (sa première

épouse et ses enfants refusèrent de se convertir) et d’autres proches associés

embrassèrent avec lui la nouvelle foi. Il déclara kafir tout musulman qui ne l’avait pas

suivi. Les Musulmans orthodoxes ainsi que leurs leaders le condamnèrent en

déclarant que Ghulam Ahmad et ses partisans étaient des non musulmans, une

position maintenue jusqu’à ce jour par tous les pays musulmans.

Il mourut en 1908 du choléra après avoir souffert aussi de la paralysie, du diabète et

probablement de la démence dans ses derniers jours. Quelques années, après sa

mort, ses partisans (les Ahmadis ou Qadianis) se scindèrent en deux factions, les

Qadianis et les Lahoris.

Le Magisme (associé avec les religions Zoroastre, Judaïsme, Chrétienne,

Chaldéenne et Sabéenne) a souffert d’une désintégration à répétition et d’une

reconstitution de ses communautés/sociétés en expérimentant l’aventurisme

religieux jusqu’à ce que l’Islam émancipa l’être humain de l’état d’anxiété morbide à

la croyance en la finalité de la prophétie de Muhammad (p.s.s.l). Un Dieu lâchant le

séisme et la peste sur demande, un prophète se présentant comme un devin et l’idée

de la continuité de l’esprit du Messie tirent leur origine de l’ancien Judaïsme. Selon

Allama Iqbal ces concepts sont erronés et étrangers à l’Islam. Ces mouvements

hérétiques en Iran avaient profité des lacunes dans la théologie shiite qui avait

réintroduit des concepts du Magisme sous le manteau du buruz, hulul, zill etc. La

même méthode fut employée par les sunnites dans le sous-continent où les

Musulmans avaient accepté historiquement les concepts sufis tels que Chelli,

Kashaf, Ilham etc.… comme faisant partie de l’Islam. Les mouvements Bahaïs et

Ahmadi ont survécu suite à l’ignorance du Mullahisme et au soutien britannique

pendant que la puissance politique musulmane déclinait rapidement.

Références :

Roohani Khazain par Mirza Ghulam A. Qadiani

Bahaullah and the New Era par I.E Esslemont

Qadianies and the Orthodox Muslims par Iqbal

Jhootey Nabi-False Prophets par Rafiq Dilawari

Talbess-e-Iblees par Rafiq Dilawari.

Mouvement Anti Ahmadiyya en Islam

Dr Syed Rashid Ali

PO BOX 11560 Dibba, Al Fujairah. U.A.E

E-mail : rasyed@emirates.net.ae/ alhafeez.org/rashd

LES ECRITS SONT REVELATEURS.
Transmis par webmaster le 16 June 2009 à 16:20:19 AST (2638 lectures)
(Suite... | Score: 0)
francais

Mouvement Anti Ahmadiyya en Islam

.

LES ECRITS SONT REVELATEURS.

L’Autobiographie de Mirza Ghulam

L’Age tendre de Mirza Ghulam Qadiani.

« Ma naissance a eu lieu en 1839 ou en 1840 AD. J’étais l’un de deux jumeaux, dont la

jumelle portait le nom de Jannat (Paradis). Dans ma révélation « Ya Adam Uskun antaa

wa Zaujuka al-jannah » qui était mentionnée dans « Braheen Ahmadiyya à la page 496

plus de 20 ans auparavant, le mot « jannat » avait ce sens particulier si bien que cette fille

devrait naître avec moi. Malheureusement, elle ne vécu que 7 mois ». (Tiryaq-ul-Qullob,

Roohani Khazain vol 15.p 479 par Mirza Ghulam Qadiani)

« Mon père, Mirza Ghulam Murtuza, était un fameux propriétaire terrien. Durant mon

enfance, mon éducation avait suivi ce parcours. Lorsque j’avais 6-7 ans où un instituteur

perse était employé pour m’enseigner le Qur’an et quelques livres en perse. Il s’appelait

Farzl Ilahi. Lorsque j’atteignis l’âge de 10 ans, Molvi un enseignant arabe du nom de Fazl

Ahmad était engagé pour mon éducation.

A l’âge de 17-18 ans, j’avais eu la chance d’être enseigné par mon père qui m’a appris la

grammaire, la logique et le hikmat (la médecine). Il payait pour moi les livres sur la

médecine. A cause de ma santé, mon père avait l’habitude de me dissuader de trop lire.

« Concernant les villages expropriés par le Gouvernement britannique, mon père avait

porté plainte pour les récupérer. J’étais désigné pour m’en occuper bien que c’était une

contrainte pour moi de m’occuper de ces questions foncières. Durant ces jours, j’étais

employé comme secrétaire depuis quelques années par le Gouvernement britannique à

la cours de Sialkot. Mon salaire était de 15Rs par mois.

« Plus tard, j’ai démissionné pour m’intéresser de la gestion des questions foncières.

Assez souvent, je réfléchissais sur la signification du Qur’an (Tasfeer). A l’âge de 30-35

ans, mon père mourait alors que j’étais à Lahore en ce moment. Après la mort de mon

père, des séries de conversations régulières avec Dieu (Mukalimat-e llahiah)

commencèrent ».

(Kitab-ul-Bariayh pp.134-136, Summary of commentary on margins, par Mirza Ghulam

Ahmad Qadiani. Roohani Khazain vol 13 p.180; TUZUK-E-AHMADI écrivit dans AKHBARAL-

HAKAM QADIAN, spécial vol 37 n° 18519 du 21-28 mai 1934 AD)

Mirza disparaît avec la pension.

« Bismillah-ar-Rahman ar-Rahim. Hazrat Waalida Sahiba (Respectée Mère c’est-à- dire la

femme de Mirza Ghulam) racontez-moi qu’une fois lors de votre jeunesse, alors que

Hazrat Maseeh Mowood était parti retirer la pension de votre grand-père, en compagnie

de Mirza Imandeen (le cousin de Mirza Ghulam). De connivence ou par tromperie, il mena

Mirza hors de Qadian. Dès qu’il eût dépensé toute la somme, il l’abandonna et s’en alla.

Hazrat Maseeh Mowood n’était pas rentré à la maison suite à la honte. Depuis, votre

grand-père commença à chercher de l’emploi pour lui. Il le fit engagé à la cour du

commissaire adjoint de la ville de Sialkot avec un maigre salaire ». (Seeratul Mahdi 1er

partie, p.41 par Mirza Basheer Ahmad, fils de Mirza Ghulam).

LE DECLIN DE LA FAMILLE

« Mon père, Mirza Ghulam Murtuza, avait l’habitude de s’asseoir sur la chaise du

Gouverneur de Darbar. Il était un fervent partisan du Gouvernement Britannique.

Courageux de coeur, lors de la mutinerie de 1857 AD, il avait aidé le Majestueux

Gouvernement au-delà de ses moyens, en payant de sa poche 50 chevaux et en mettant

à sa disposition 50 mercenaires. La gloire de notre rang déclinait jour après jours à tel

point que la position de notre famille était d’un niveau bas pour des propriétaires

terriens ». (Tohfa-e-Qaiser, Roohani Khazain vol 12 p.270-271).

« La Grande Bretagne avait expropriée la terre appartenant à notre famille et avait fixé la

pension honoraire de 700Rs par an sous. Elle fut ramenée à 180Rs à la mort de mon

grand-père pour enfin être complètement arrêtée après la mort de mon oncle ». (Seeratul-

Mahdi, 1re partie p.41 par Mirza Basheer Ahmad, fils Mirza Ghulam Ahmad Qadiani).

LES MALADIES DU PROMIS (AINSI APPELE)

« Il (Mirza Ghulam Ahmad Qadiani) souffrait de la carie dentaire à une molaire qui lui

causait occasionnellement des douleurs, et enfin elle provoqua un ulcère sur sa langue,

finalement la dent fut enlevée ».

(Seerat-ul-Mahdi, 2e partie p. 135 par Mirza Basheer Ahmad, fils Mirza Ghulam Ahmad

Qadiani).

« Une fois, il tomba du haut de la fenêtre et se blessa au bras gauche qui est resté faible

jusqu’à la fin de ses jours ». (Seerat-ul-Mahdi, 2e partie p. 198).

IMPUISSANCE

« Ce vieillard, son cerveau est devenu faible depuis son mariage. Je croyais que

j’étais impuissant ». (Lettre de Mirza Ghulam Ahmad Qadiani du 22/2/1887 publiée dans

Maktoobate Ahmadiyya vol 5, p. 14 tirée de Navishata-e-Ghaib par Khalid Wazirabadi).

« Lors de mon mariage, mon coeur et mon cerveau étaient très faibles et j’ai souffert

de ces maladies durant une période assez longue parce que j’avais la tristesse, la

dépression et la faiblesse sexuelle ».

(Tiryaq-ul-Quloob Roohani Khazain vol 15 p 203 par Mirza Ghulam Ahmad Qadiani).

S’adressant à Hakeem Nooruddin, Mirza écrit :

« J’ai connu une amélioration sensible avec vos remèdes. Quelques maladies

comme la léthargie et le problème de l’acide gastrique ont été soignées. J’avais un

très sérieux problème de l’érection lors des rapports dû au manque de l’énergie

sexuelle. Grâce à vos remèdes, j’ai retrouvé ma puissance sexuelle ».

(MAKTOOBAT-E-AHMADIYYA, vol 5, n°2. Collection of letters par Mirza Ghulam Ahmad

Qadiani).

« La révélation m’était faite concernant mon mariage. En ce moment, mon coeur et

mon cerveau étaient faibles. A côté du diabète, j’ai des séquelles au niveau de la

tête et de la dépression du coeur, je souffre aussi de la tuberculose ».

(Nuzool-e-Masee, Roohani Khazain vol 18 p. 587 notes en bas de page par Mirza

Ghulam Ahmad Qadiani).

« (Mirza Ghulam Ahmad Qadiani) jeûnait peu durant le Ramadân et la rédemption était

faite. Suite à la souffrance lors d’une crise, il lui arrivait de rompre le jeûne exactement au

coucher du soleil ». « Il avait des crises très fréquentes et sa santé était généralement

fragile ». (Seerat-ul-Mahdi, 1re partie p. 51 par Mirza Basheer Ahmad fils Mirza Ghulam

Ahmad Qadiani).

« Hazrat Saheb avait une mélancolie chronique héréditaire. (Mirza Saheb ne pouvait

pas supporter la charge de la prophétie !! - L’auteur)

Mirza Saheb avait un oncle (maternel) dont le nom était Mirza Jamiat Baig qui avait

un garçon et une fille. Les deux souffraient des maladies mentales. Le garçon

s’appellait Mirza Saheb Ali et la fille, Hurmat Bibi. Cette dernière s’est mariée à

Hazrat Saheb ». (Mirza and Hurmat Bibi- tous touchés mentalement !!! Fut un grand

amusement !!! Et les enfants issus ? On peut s’imaginer- l’auteur). (Seerat-ul-Mahdi, 2e

partie p. 51)

LA MELANCOLIE DANS L’ANCIENNE LITTERATURE MEDICALE

La dépression fait probablement partie de la condition humaine depuis que l’homme vit sur

terre. Même les anciens manuscrits parlent de ses descriptions. Les premiers écrivains

reconnaissent que certains cas ont été traités, il y a 2.000 à 4.000 ans. Dans la littérature

grecque la dépression est décrite comme étant divinement inspirée. Déjà 2300 ans

auparavant, Hippocrate parlait des problèmes psychiatriques dont l’origine est la cause

naturelle ainsi que le caractère capricieux super naturel. La terminologie des problèmes

psychiatriques reste d’usage jusqu’à ces jours :

L’épilepsie, la manie ou la folie ; la mélancolie et la paranoïa. Hippocrate décrit une femme

mélancolique qui souffrait du manque de sommeil, de l’aversion pour la nourriture, de la

soif et de la nausée. Cet ancien catalogue des symptômes mélancoliques parle de la

description moderne de la dépression.

Durant l’ère romaine, le Docteur Galen a écrit sur la dépression. En parlant de l’état

mélancolique, Galen dit que certains patients montrent une crainte, une dépression, du

mécontentement de la vie et une haine envers les autres. Il supposa que les fonctions

dans le cerveau étaient directement affectées lors d’une crise de mélancolie. Dans ses

descriptions encyclopédiques, Galen inclut le tempérament et l’humeur.

Le livre de Robert Burton, « Anatomy of Melancholia » publié en 1630, résume ce qui était

connu en ces temps comme dépression. Il décrit la mélancolie comme « une maladie

touchant la tête ou l’esprit » fréquemment associée au chagrin et à la douleur. Burton

trace la voie pour la compréhension scientifique future de la dépression en cataloguant les

causes et les effets psychologiques comme la honte, le déshonneur, la colère, l’égoïsme

et l’embarras.

La dernière contribution significative pour mieux comprendre la description de la

dépression était faite par Freud dans son livre, « Mourning and Melancholia » publié en

1917. Freud écrit que la mélancolie est une régression de l’objet de choix, vers un monde

primitif en rapport avec l’objet. Sa description de « dépression illusionniste » insiste sur le

mépris de soi à la place de la colère. Il croyait que les malades de la dépression se

tourmentent impitoyablement lorsque la cause est une autre personne.

Comme par exemple la perte du partenaire sexuel. On peut imaginer aujourd’hui ce qui

s’était produit chez Mirza. Si seulement Freud aurait eu l’opportunité d’étudier son cas.

Les études sur la dépression ont été faites, il y a plus de mille ans. Premièrement par les

poètes et les philosophes et récemment par les médecins. Aujourd’hui, nous sommes

dans l’ère où l’étude des maladies est devenue facile grâce à des recherches sur les plans

cliniques et scientifiques.

« Selon le système grec et du Hikmat, cette maladie se produit suite à l’ac*****ulation des

acides sous forme de matériaux dans l’estomac. Dans tout organe où ces matériaux se

trouvent, une vapeur noire se dégage et monte vers le cerveau. Les symptômes sont : une

éructation piquante, une anoxie suite aux faiblesses au niveau de l’estomac, une digestion

perturbée, une dilatation abdominale, une sensation des vapeurs montant à l’intérieur. (La

révélation et l’inspiration de Mirza seraient-elles le résultat de ces vapeurs ?) (Guide to

the causes and symptoms of Melancholia par Allama Burhanuddin Nafees).

“On pensait que les symptômes de cette maladie (mélancolie) sont causées par

l’impuissance sexuelle. Mais, la recherche récente a montré que c’est une maladie

mentale à l’instar de l’hystérie chez les femmes. La faiblesse des organes internes conduit

à celle de l’esprit qui occasionne la mélancolie chez les hommes. Les symptômes : Le

patient est souvent apathique, peureux pensant toujours sur lui-même, exagérant toute

chose, anorexique et avec une lente digestion. (Makhzan-e-Hikmat, par Hakeem Dr.

Ghulam Jeelani).

« Digestion lente, éructation piquante, dilatation abdominale, sensation de brûlure dans

l’estomac, anorexie, sensation de vapeur montant au niveau de la tête. Ces symptômes

disparaissant avec l’amélioration de la digestion suivie de l’aggravation de l’indigestion, les

tremblements de la partie supérieure du corps, les bras et les pieds et le corps devient

frais. A ce stade, le patient s’affaiblit, occasionnellement voyant les éclats de lumière, les

paupières deviennent lourdes, sentant la chaleur et les brûlures au niveau de la tête et du

cerveau, les céphalées, tels sont les symptômes de la mélancolie ». (Akseer-e-azam, vol

1 p.189 par Hakeem Mohammad Azam Khan).

Vous venez de lire ci-dessus les manifestations de cette maladie. Je demande à chacun

de nous, sain d’esprit, d’examiner les prétentions d’inspiration, de révélation et de

conversation avec Dieu comme des divagations d’une personne dérangée. Dissociezvous

de ce mélancolique, soi-disant prophète ainsi vous deviendrez des Musulmans.

Abandonnez cette malédiction et cette incroyance, devenez des croyants et des fidèles du

Prophète Muhammad (pssl).

Le Prophète (pssl) a dit :

« Dans ma communauté naîtront 30 imposteurs et chacun d’eux dira qu’il est Prophète de

Dieu ». Il revient à vous de juger dans quelle catégorie cet homme appartenait.

Voyons ce que les autres intellectuels et Hakeems disent sur la mélancolie.

AVICENNES (ABU ALI SENA) a dit :

« La mélancolie est une maladie qui fait que les idées ainsi que les pensées anormales

jaillissent. Sa cause est l’extrême tristesse qui fait que l’esprit devienne dérangé tandis

que le patient est très bouleversé par l’obscurité. Ou autrement cette maladie est causée

par beaucoup plus de chaleur au niveau du foie. On l’appelle l’hypochondrie. Lorsque les

déchets de la nourriture et du gaz mélangés dans les intestins produisent de la substance

noirâtre et ainsi les vapeurs qui s’en échappent, montent au cerveau. Cette forme

s’appelle la mélancolie gazeuse ».

(Canon in medicine, Fun-e-Awwal tiré du livre 3 Abu Ali Sena (Avicennes).

Traitement : Il est nécessaire pour le patient souffrant de la mélancolie de s’occuper d’un

travail qui garde son coeur satisfait en s’entourant des gens qui lui respectent et le rendent

heureux. Une petite quantité de vin mélangée avec de l’eau doit lui être administrée avec

modération. (Canon in medicine par Avicenia)

Note : Mirza Ghulam Ahmad Qadiani prenait du vin tonic (fortifiant) et fumait de

l’opium pour la même raison.

« La mélancolie est le changement des pensées dû à la peur et à la maladie. Chez

certains patients cette maladie progresse si rapidement jusqu’à ce que le patient pense

qu’il peut parler des choses cachées ou à venir. Enfin, elle atteint le stade où le patient se

considère comme un ange ». (Guide to the Aetrology and Manifestations of disease of

melancholia par Allama Burhanuddin Nafees).

“Les illusions fantaisistes du patient priment sur les activités accomplies à l’état normal.

Par exemple, si le patient est un religieux, il prétendra à la divinité et naturellement

prêchera aux gens ce qui se passe dans sa tête ». (Akseer-e-azam, vol. 1 p.188 par

Mohammad Azam Khan).

“Pour un prétendant à l’inspiration, il est prouvé qu’il souffre de l’hystérie, de la mélancolie

ou de l’épilepsie. Donc, vous n’avez plus besoin d’une autre preuve pour rejeter sa

prétention parce que c’est comme un coup qui fait que toute la structure de la vérité

s’écroule de sa fondation ».

(Par Dr.Shahanawaz Qadiani dans le Magazine Review of Religions, Qadiani du mois

d’Août 1926).

MIRZA QADIANI ET L’ALCOOL + LA TOXICOMANIE.

« L’opium était si fréquemment utilisé en Médecine que Hazrat Maseeh (Mirza Ghulam

Ahmad Qadiani) avait l’habitude de dire qu’aux jeux des médecins, l’opium est la moitié de

la médecine. Ainsi, il prenait de l’opium avec d’autres médicaments pour traitement et non

comme intoxicant. Chacun de nous, consciemment ou inconsciemment, prend de l’opium

à un certain niveau ».

« Hazrat Maseeh Mowood (le Messie Promis, Mirza Ghulam Ahmad Qadiani) fabriquait un

remède appelé Tiryaq-e-Ilahi sur instructions de Dieu et sa principale composante était de

l’opium. Ce remède a été amélioré en ajoutant plus d’opium et était administré à Hazrat

Khalifa (1er Calife Hakeem Noorddin) par Hazrat (Mirza Qadiani) durant plus de six mois et

le prenait lui-même lors de ses crises».

(Article par Miam Mahmood Ahmad Khalifa Qadian dans Akber Al Fazal, Qadian, vol 17

n°6, 19 Juillet 1929).

Le vin tonic

« Mon cher frère, Mohammad Hussain Saheb, puisse Dieu vous protéger

Assalam Alaikum.

Main Yar Mohammad est en cours de route. S’il y a des choses à acheter, achetez-les

pour vous-même et payez pour moi, une bouteille du vin tonic au magasin de Plommer.

Je veux bien du vin tonic. Gardez cela à l’esprit. Le repos est O.K ».

(Signé : Mirza Ghulam Ahmad Qadiani). (Lettres de l’Imam au P.S. collections des lettres

par Mirza Ghulam Ahmad Qadiani à Hakeem Mhammad Hussain Qadiani, propriétaire du

Dispensaire Rafiq-us-Sehat, Lahore).

« Le vin tonic naturel a été payé au magasin Plommer à Lahore. Dr. Aziz Ahmad a

répondu en écrivant ».

Sur instructions, j’ai demandé au magasin Plommer et la réponse fut la suivante :

« Le vin tonic est un vin fort et intoxicant importé de l’Angleterre dans des bouteilles

scellées. Son prix est de 5 Rs et 8 Annas (le 21.9.1933).

(Saouda-e-Mirza p.39 par Hakeem Mohammad Ali, Directeur du collège Tibbiya,

Amratsar).

Voyez combien, les prétentions de Mirza Ghulam Ahmad d’être le Messie Promis, Mahdi

et Prophète constituent les symptômes de la maladie et non le résultat des inspirations ou

des conversations avec Dieu. Le problème était devenu si complexe avec la prise de

l’opium et du vin tonic.

Je prie pour que Dieu accorde la guidée et la compréhension aux Qadianis pour qu’ils

suivent le droit chemin. Autrement, les fidèles d’un prophète mélancolique sont aussi des

mélancoliques.

Mouvement Anti Ahmadiyya en Islam

Dr Syed Rashid Ali

PO BOX 11560 Dibba, Al Fujairah. U.A.E

E-mail : rasyed@emirates.net.ae/ alhafeez.org/rashd

La Connaissance de Mirza
Transmis par webmaster le 16 June 2009 à 16:12:42 AST (1677 lectures)
(Suite... | Score: 3.66)
francais

Bismillahir Rahmanir Rahim

Mouvement Anti-Ahmadiyya en Islam

Campagne d’information

La Connaissance de Mirza

Montages, Mensonges et Corruptions

par

Dr. Rashid

« Et quel pire prévaricateur que celui qui blasphème un mensonge contre Dieu ? ou qui dit : « Révélation m’a été faite » quand rien ne lui a été révélé ! ».Al Qur’an 6:93

Un menteur doit posséder une bonne mémoire.

Montaigne disait que pour devenir un bon menteur, il faut avoir une superbe mémoire qui non seulement a besoin de conserver les faits réels mais aussi de bien retenir les nombreuses versions contradictoires des faits. C’est une tâche pas facile.

« Aucun humain n’a de mémoire parfaite pour faire de lui un bon menteur » (Abraham Lincoln)

Cher Lecteur,

Mirza Ghulam Ahmad Qadiani, le fondateur du Mouvement Ahmadiyya a prétendu être à la fois un Prophète d’Allah, un Messie Promis, un lmam Mahdi et bien d’autres qualificatifs. Il a aussi prétendu être le réservoir de l’inspiration divine (wahi) et que Dieu lui aurait tout appris sans intervention humaine.

« Comme je crois aux versets du Qur’an de même sans aucune différence, je crois en cette révélation de Dieu faite à moi…Et je peux jurer devant Khana Ka’aba que cette pieuse révélation faite à moi, est la parole du même Dieu, révélée à Moïse, à Jésus et à Hazrat Muhammad (SAW). (Aik Ghaltee kaa Izala p.6, Roohani Khazain vol 18 p.210).

« Je jure au nom de Dieu que je crois en ces inspirations comme je crois aussi au Saint Qur’an ainsi qu’à d’autres livres révélés. De même, je considère le Saint Qur’an comme étant absolument la Parole de Dieu et je crois que la révélation faite à moi est aussi la Parole de Dieu» (Haqeeqatul Wahi p.211, Roohani Khazain vol 22 p.220)

Ainsi, nous affirmons sans ambages que tout ce que Mirza avait dit ou tout ce que nous lisons dans ses livres avait été inspiré par Dieu. Ses dires et ses écrits sont donc exempts de toute erreur, de tout mensonge. Ils ne constituent donc pas un montage.

Mirza avait dit : « Sans aucun doute, Dieu ne m’a jamais abandonné dans l’erreur. Même en fermant l’oeil, Il me protège de toute faute et me met à l’abri des tentations sataniques ». (Nur ul Haq, dernier page, Roohani Khazain vol 8 p 372).

« Kullama qulto qulto min amrahoo, wa maa fa’alto un amree, na maa aftaraito ‘alaa Rabbi al’Alaa » -Tout ce que je dis, je le dis avec Sa (Dieu) permission et je ne fais aucune chose de mon gré. Je ne fabrique rien contre mon Seigneur ». (Mawahibur Rehman p 3, Roohani Khazain vol 19 p 221)

« Wa maa unteqo unil hawa in howa illa wahun yooha ». Il ne dit rien de son gré, plutôt tout ce que vous entendez, c’est de la révélation émanant de Dieu » (Arba’een n°3, Roohani Khazain vol 17 p 426-427).

Ces déclarations de Mirza Ghulam Qadiani sont très claires. Tout ce qu’il avait fait ou avait dit, tout ce qu’il avait écrit, tous ses 83 livres dépareillés, ses 10 volumes de Mofoozaat aussi bien que sa collection des révélations appelées Tadhikirah, ainsi que ses 3 volumes des collections d’Annonces ont été directement inspirés par Dieu. Je suis sûr que les Ahmadis / Qadianis Lahoris s’accorderont avec moi sur ce point.

Au cas où une faute aurait été commise ou un mensonge se serait glissé dans ses livres, qui en serait responsable ?

Peut-on incriminer Dieu (Ma’azAllah) ? A moins que son « Dieu » lui aurait menti pour le ridiculiser aux yeux de ses opposants. Comme Dieu est Omniscient et Parfait qu’Il ne peut pas commettre de faute ou faire une fausse déclaration, alors il ne peut y avoir d’autres explications plausibles et sinon toutes ces inspirations et les révélations avaient pour source SATAN, transmises à Mirza Ghulam par « Eil, Tichee Tichee, Khairaatee ».

Je laisse aux lecteurs le soin de tirer eux-mêmes la conclusion.

Dans les paragraphes qui suivent, vous y trouverez les exemples des fabrications, des déformations des faits et de véritables mensonges. Mais avant cela, voici ce que Mirza Ghulam dit de celui qui fabrique un mensonge :

« Mentir n’est moins qu’une apostasie ». (Arba’een n°3 p.24 note en bas de page, Roohani Khazain vol 17 p.56, 407).

« S’il est prouvé que l’on a menti sur une question ; on ne sera plus crédible sur toute autre chose » (Chashma-e-Ma’arifat p.222, Roohani Khazain vol 23 p. 231).

Selon Mirza Ghulam Ahmad Qadiani il existe deux types d’inspiration :

l’inspiration divine (Ilham Rehmani), et l’inspiration satanique (Ilham Shaitaani)

L’inspiration divine est toujours correcte, tandis que celle de Satan est souvent fausse. Elle est parfois correcte lorsque Satan veut méconduire quelqu’un pour son plus grand bénéfice. C’est dans cette catégorie que l’on peut classer les révélations ou les inspirations de Mirza .

Fabrications. Série n°1 par Dr. Rashid

Je commencerai ces séries par peu d’exemples tirés des écrits de Mirza Ghulam concernant les faits historiques, donc vérifiables par des sources indépendantes. Aucune interprétation n’est nécessaire, ni même une explication. En d’autres mots, analysons simplement les écrits :

« Les historiens connaissent que dans sa maison (du Saint Prophète SAW) onze fils sont nés et sont tous morts….. » (Chashma-e-Ma’arifat p 286, Roohani Khazain vol 23 p299).

« Voyez dans la maison de notre prophète, douze filles sont nées. Il n’a jamais dit pourquoi un garçon n’est pas aussi né » (Malfoozaat vol 6 p 57).

« Le Saint Prophète (SAW) n’a même pas eu la chance d’apprendre la langue maternelle de ses parents parce qu’à l’âge de six ans, les deux étaient morts » (Ayam-u-Sulh p 150, Roohani Khazain vol 14 p 396 note en bas de page).

Chers lecteurs,

Lisez n’importe quel livre d’histoire ou consulter la biographie du Saint Prophète Muhammad SAW, vous y découvrirez qu’il a eu quatre fils et quatre filles. Aucun écrit ne mentionne que le Saint Prophète a eu douze filles ou onze fils. Le père du Saint Prophète mourut avant sa naissance tandis que sa mère mourut lorsqu’il avait atteint l’âge de 6 ans.

Quelle était la source de l’information de Mirza Ghulam ? Lisez maintenant ce qui suit :

« Tout ce que je dis, je le dis avec Sa permission (Dieu). Je ne fais rien de mon gré tout comme je ne fabrique aucune chose sur mon Seigneur ». (Mawahibur Rehman p3, Roohani Khazain vol 19 p 221).

Alors, qui est ce « dieu » qui donne de telles fausses informations pour ridiculiser son propre prophète ? N’est-il pas possible que ces inspirations provenaient de Satan ? Mirza n’était-il pas confus ? Mais Dieu n’a pas abandonné Mirza pour que l’erreur lui arrive même lorsqu il fermait l’œil, il se vantait ainsi.

« Sans aucun doute, Dieu ne m’a jamais abandonné dans l’erreur, même lorsque je ferme l’oeil, Il me protège de toute faute et Il me met à l’abri des tentations sataniques ».(Nur ul Haq dernier page, Roohani Khazain vol 8 p 372)

Quelle que soit la source de cette révélation et de celui qui est derrière elle, une chose est certaine, elle ne provenait pas d’Allah mais de Satan. Quelle garantie avons-nous si d’autres n’ont pas la même source ? J’invite les Ahmadis à réfléchir.

Wassalam

Dr. Syed Rashid Ali

P.O.Box 11560

Dibba Al Fujairah

United Arab Emirates (UAE)

rasyed@emirates.net.ae

http://alhafeez.org/rashid

Où se trouve la tombe de Jésus ?
Transmis par webmaster le 16 June 2009 à 15:49:09 AST (4543 lectures)
(Suite... | Score: 1)
francais

 

Bismillahir Rahmanir Rahim

 Mouvement Anti-Ahmadiyya en Islam

 Où se trouve la tombe de Jésus ?

Question aux Ahmadis !!

 par

Dr. Rashid.

 Chers lecteurs Qadianis/Ahmadis !

 Que la Paix soit sur tous ceux qui suivent le hidayah.

 Mirza Ghulam Ahmad Qadiani, le fondateur du Mouvement Ahmadiyya avait déclaré :

 « Dieu m’a révélé dans une inspiration particulière que le Messie Ibn Mariam est mort ». (Tauzeeh-e-Maram, Roohani khazain vol 3 p. 402).

 « J’ai été informé sur la tombe de Issa (à Kashmir). Et j’ai été informé sur la mort de Jésus par le Saint Qur’an et par la révélation de Dieu transmise à moi.» Roohani Khazain, vol18 p.358, 361).

 Est-elle réellement la tombe de Jésus ?

 « La tombe du Christ ») (7/24). Au sein du Christianisme, elle demeure un mystère vieux comme la foi chrétienne mais qui d’ici peu trouvera de réponse. Une équipe d’archéologues de l’Université d’Oxford a entrepris des recherches dans le but de prouver que l’Eglise de Jérusalem du Saint-Sépulcre est le lieu d’enterrement du Christ. Après un siècle, Martin Biddle et sa femme, Birthe Kjolbye-Biddle ont déterré les restes des premières structures sur le site et ont découvert un morceau de roc original de la tombe enfoui dans les murs de l’édifice actuel construit au 19è Siècle ou « la petite maison ». Ils croyaient que le roc était le signe du site de la tombe du Christ. Ce vestige n’a jamais fait l’objet d’une étude archéologique ni de toute recherche scientifique. http://www.pbs.org/whatson/press/jull01/secretsof dead.html

 Qu’en dites-vous?

 La tombe de Jésus est-elle réellement à Kashmir ?

 Dans un autre website appelé « La tombe de Jésus », l’auteur va plus loin en affirmant qu’elle se localise à Kashmir. Bien que l’auteur du Website (Tombmaster) avait nié son appartenance à un groupe religieux, mais bien après il s’est manifesté en confessant au cours des forums ahmadis qu’il est proche de Mirza Tahir, le Calife qadiani. Il écrit :

Après avoir survécu de la crucifixion, Jésus Christ avait rejoint le Kashmir où il s’était établi pour le reste de sa vie. Là, il dirigea les tribus israélites et continua à prêcher. Il s’était éventuellement marié à une femme répondant au nom de Mariam avec qui il avait eu des enfants. Il mourût à l’âge de 120 ans. Sa tombe (voir l’image de sa tombe sur notre page d’accueil) est localisée dans le district de Mohala Kan Yar  dans la ville de Srinagar, Jammu et Kashmir, au nord de l’Inde. Elle est appelée la Roza Bal (« le Site de la tombe honorée »).  http://www.tombofjesus.com/Welcomeall.htm).

 Le tombmaster ajoute en plus :

« Ce site ainsi que les informations qu’il contient, ne sont pas la propriété d’une croyance particulière ou d’une organisation ou d’un isme, ni n’est l’idée d’une crucifixion postérieure à la vie de Jésus, ni de l’intervention d’un seul individu ».  (http://www.tombofjesus.com/Welcomeall.htm).

 Toutefois en d’autres occasions, il avait confessé sa foi religieuse :

« C’est HONTEUX qu’un homme qui se déclare être un AHMADI de naissance, N’AIE PAS compris la signification de l’Imam Mahdi ! Si c’est cela être Ahmadi de naissance, ALORS, JE SUIS HEUREUX que je ne sois pas né ahmadi et que je me suis converti TARD !!! » (Source: posting of 9/9/2000 on Lahore Ahmadiyya Message Board).

« Supposons » que je sois un Ahmadi de race noire. Quel ENFER  supporterai-je et quels sentiments auront envers moi certains Pakistanais Punjab? J’ai créé mon website, par exemple SANS leur aide ou permission. Et le leader qadiani a marqué son assentiment». (Source : posting of 6/6/2000 on Lahore Ahmadiyya Message Board).

 Maintenant, le chat est hors du panier. De toute façon…

 Tous les disciples qadianis (aussi bien Lahoris que Qadianis), croient que Jésus Christ ( Hazrat Issa ibn Maryam AS) est mort et a été enterré à Kashmir. Sur quoi cette croyance est-elle  basée? Tout simplement parce que votre fondateur, votre prophète, votre messie promis   votre Imam mahdi, Mirza Ghulam A Qadiani l’a bien dit.  N’ai-je  pas raison ?

 Le Tombmaster dit :

 L’explication de Hazrat Ahmad est très claire mais aussi acceptable pour celui qui lit et qui  comprend l’histoire de la théorie de la post-crucifixion de la vie de Jésus. Hazrat Ahmad est le « premier » reconnu dans l’histoire à avoir présenté une explication unique et cohérente de cette théorie. Tout auteur de la vie de Jésus-en-Inde le  reconnaît. Il a découvert les travaux de Mulla Nadri et autres, il a usé de sa puissance spirituelle et de ses dons rationnels, en collectant les informations auprès des Musulmans, des Hindus et auprès d’autres sources, y compris dans les livres de l’histoire de la médicine, les récits, les do*****ents anciens etc… Il  condensa le tout  sous forme d’un livre de manière cohérente.

«Personne d’autre » dans l’histoire humaine ne l’avait fait avant lui. Raison pour laquelle il est reconnu comme étant celui que le Prophète Muhammad avait dit « qu’il brisera la croix »

Source: posting of 9/9/2000 on Lahore Ahmadiyya Message Board).

 Existent-ils des Qadianis qui auraient déjà analysé les écrits de Mirza Ghulam pour connaître ce qu’il avait exactement écrit sur le lieu de l’enterrement de Jésus ? Je suis sûr que personne parmi vous n’a  fait ce travail et si oui alors c’est de manière superficielle pour une campagne de corruption des masses ou en évitant délibérément de faire face à la vérité.

Laissez-moi vous dire ce que j’ai découvert dans les écrits de Mirza Ghulam bien que vous soyez sans doute libre d’accepter ou de rejeter mon point de vue après que vous ayez vérifié les citations que je vous présente. Ma tâche consiste à faire parvenir le message, le reste est entre vous et Allah.

Dans ses nombreux ouvrages, Mirza Ghulam A. Qadiani situe la tombe de Jésus dans trois différents lieux.

 Lequel de ces lieux est-il correct ?

1.   Jésus (AS) a été enterré à Al-Khaleeli (Galilée)

En 1991, Mirza écrivait un grand volume, Izala Auham de 948 pages. Dans le second volume, il donne une explication détaillée et compliquée en prouvant que Jésus n’était pas physiquement monté au Ciel (comme les Musulmans croient) mais qu’il était descendu de la croix et avait regagné son village natal Al-Khaleeli où il mourut et fut entérré. Il poursuit :

 « C’est vrai que Maseeh a regagné son village natal où il mourut mais ce n’est pas vrai que son cadavre a repris vie. Le  verset 3 chapitre 1 des Actes constitue un témoignage de la mort naturelle de Jésus intervenue à Al-Khaleeli. Après cette mort, Maseeh s’est présenté devant ses disciples comme KASHF (vision) durant 40 jours ». (Izala-e-Auham, Roohani Khazain vol 3 p. 353-354).

 1.         La tombe de Jésus à Quds

Cependant, trois ans après, en 1984, Mirza changea la version. Dans un autre livre intitulé Atmam-e-Hujjat (Roohani Khazain volume 8) il essaya encore une fois de prouver que Issa Ibne Maryam était mort. Dans sa tentative de chercher à convaincre, il cite le témoignage d’un de ses rares disciples arabes, Molvi Mohammed Al-Saeedi Trabilisi Al-Shaami. Il écrit : « Il doit être admis que Hazrat Issa est décédé d’une mort naturelle. Sa tombe se trouve  en Syrie. Pour plus de clarté dans la note en bas de page, il inclut le témoignage de son frère, son bien aimé, Molvi Mohammad Al-Saeed Trablisi. Ce dernier résidait à Tripoli en Syrie. C’est dans son village que se trouve la tombe de Hazrat Issa AS (Jésus). Si vous dites que cette tombe n’est pas celle de Jésus alors vous devez le prouver et dire  depuis quand le mensonge avait été propagé. Et nous ne serons plus sûrs des lieux d’enterrement de tous les autres prophètes, la confiance sera perdue et nous tirerons par conséquent la conclusion que tous ces lieux d’enterrement ne sont pas corrects ». (Atmam E Hujat, page 18-19, Roohani Khazain vol 8 p 296-297 daté de 1894).

 Lettre de Molvi Mohammed Al-Saeedi Trabilisi :

 « O Hazrat Maulana et Mon Imam, Assalam Alaikum Wa rahmatullah wa barakatuhu. Je prie Allah de vous guérir (J’ai reçu cette lettre de Shami Saheb durant ma maladie). Vous avez demandé sur la tombe de Issa (alaihi assalam) et sur d’autres événements alors je vous réponds en détails : Hazrat Issa alaihi assalam est né à Bait-ul-lehm  distant  de trente miles de Quds. La Tombe de Hazrat Issa (alaihi assalam) se trouve à Quds où une Eglise  a été bâtie, la plus grande de toutes les églises et à l’intérieur on y trouve les tombes de Jésus et de Maryam, la véridique. Les deux tombes sont séparées ».  (Atmam-ul-Hujjat, Roohani Khazain vol 8 p 299).

Cette citation résout l’énigme. Autant que Mirza Saheb est concerné, Jésus est mort, sa tombe est à al-Quds.

1.   La tombe de Jésus à Kashmir : Toutefois huit ans après, Mirza transforma l’histoire une fois encore en propageant sa nouvelle théorie : Jésus a été enterré à Kashmir.

 

« Il est prouvé avec certitude que Issa AS (Jésus) a émigré à Kashmir. Après, Allah lui libéra grâce à Sa bénédiction et le garda en vie assez longtemps jusqu’à sa mort. Et son cimetière se trouve dans la cité de Srinagar (La Tombe de Yus Asif) ».  ( Al Huda, 12 juin 1902 p 109).

 « J’ai été informé de l’endroit où Issa a été enterré (à Kashmir)». (Roohani Khazain vol 18 p 358, 361).

 « La tombe de Jésus est à Kashmir ». (Roohani Khazain vol 18 p 320, Nuzool-e-Maseeh, imprimé en 1909, après la mort de Mirza).

 Nous avons devant nous trois déclarations contradictoires de Mirza Ghulam A. Qadiani sur la localisation de la tombe de Jésus. Ma question aux Qadianis est-elle fondée ? Al-Khaleeli ou Quds ou Kashmir ?

 Wassalam.

 Dr Syed Rashid Ali 

P.O.Box 11560 

Dibba Al Fujairah 

United Arab Emirates (UAE)

 rasyed@emirates.net.ae

 http://alhafeez.org/rashid

 


_PAGEGENERATION 2.42 _SECONDS